À voir à la télévision le 1er janvier 2005 - Les maîtres du monde

Depuis qu'elles sont considérées comme des «personnes morales» aux yeux de la loi, les entreprises n'ont cessé d'accroître leur pouvoir et leur influence sur nos sociétés.

Elles sont pourtant tout à fait immorales quand vient le temps de rendre des comptes à leurs actionnaires. Si elles sont certes utiles pour créer des emplois, leur quête perpétuelle du profit maximal les rend toutefois dangereuses. Piller les ressources naturelles, licencier des milliers de travailleurs ou encore enfreindre la loi, tout est permis pour augmenter leur rentabilité.

Inspiré du livre du même nom, le documentaire canadien La Corporation tire à boulets rouges sur l'économie triomphante qui caractérise notre époque. Des propos soutenus par moult exemples, parmi lesquels plusieurs cibles traditionnelles des altermondialistes: Nike, Monsanto, Shell, Pfizer, IBM, etc. L'actuelle mondialisation est aussi au banc des accusés, avec son train de privatisations et de déréglementations qui accordent encore plus de liberté aux multinationales.

Plus d'une quarantaine de défenseurs et de pourfendeurs du pouvoir des entreprises défilent devant l'oeil critique de la caméra. Plusieurs grosses pointures de la gauche y passent, de Noam Chomsky à Naomi Klein, en passant par Michael Moore. Les chantres de la droite économique aussi, du simple courtier en placements au Prix Nobel d'économie Milton Friedman.

Devant un constat aussi accablant, les réalisateurs Mark Achbar et Jennifer Abbott ne jettent pas l'éponge. Au contraire, les partisans d'«un autre monde» peuvent toujours battre le «monstre» à son propre jeu par des gestes quotidiens. Succès en salle, ce pavé d'information et de dénonciations qui fait dans les trois heures est présenté en trois parties. Un bel outil de réflexion en ce début d'année.

La Corporation Canal D, 21h