À voir à la télévision le 7 janvier 2005 - À cheval entre deux mondes

Porte d'entrée par excellence de l'île de Montréal, le pont Jacques-Cartier occupe, depuis son inauguration au début des années 1930, une place importante dans le paysage de la métropole. Pas étonnant qu'un écrivain tel Jacques Ferron appuie une part de son oeuvre sur la symbolique de ce pont, pour lui à cheval entre deux mondes et situé quelque part entre le jour et la nuit.

Loin de la littérature, ce documentaire s'intéresse toutefois d'abord et avant tout aux importants travaux de réfection menés ces dernières années sur cet ouvrage monumental. Une technologie avant-gardiste a en effet permis de renouveler entièrement le tablier du pont sans pour autant devoir le fermer tout à fait. Le nouveau souffle de vie donné à ce pont s'est transmis si doucement, à en croire le documentaire, que la population s'est tout juste rendu compte du petit miracle survenu sur ce chantier unique. Entre autres réussites, on a notamment corrigé l'inclinaison fautive de la courbe Craig, cette «courbe de la mort». Tous ces travaux réalisés nuitamment relèvent d'une véritable prouesse d'ingénieur.

Les commentaires de l'historienne Marie-Andrée Bizier permettent en outre de situer dans le temps l'importance de ce pont, dont la structure équivaut à un immeuble de 34 étages. L'historienne réduit notamment en cendres la légende selon laquelle les quatre petites tours Eiffel qui se dressent tout en haut de la structure relèvent d'un ajout esthétique et diplomatique en lien avec la France.

On peut bien sûr regretter la narration complaisante de ce documentaire très porté sur les longues balades de caméra et une musique de pure gloriole. Mais le pont Jacques-Cartier — le pont du Havre, comme on l'appelait à l'origine — n'en demeure pas moins un beau sujet.

Les Sept Merveilles du monde industriel Historia, 20h