Télévision - Tout le monde en parle porte bien son nom

Rarement une émission a aussi bien porté son nom. Pour la deuxième semaine de suite, Tout le monde en parle faisait encore l'événement: plus de deux millions de téléspectateurs ont regardé l'émission dimanche soir à Radio-Canada, tout le monde en parlait évidemment hier, et la députée Pauline Marois, invitée à l'émission, déclarait par la suite que «Raël est fou à lier».

Bref, Guy A. Lepage et sa troupe peuvent se frotter les mains: leur émission fait effectivement parler tout le monde.

Le point fort de l'édition de dimanche soir dernier a été le passage de Claude Vorilhon, dit Raël, dont les propos ont suscité malaise et agressivité autour de la table, le sommet étant atteint lorsque le caricaturiste Serge Chapleau l'a traité de joke, a ridiculisé son costume et lui a agrippé le chignon, Raël quittant le plateau suivi par ses fidèles qui étaient dans la salle.

Hier après-midi, Radio-Canada avait reçu une trentaine de courriels concernant l'émission de la veille, dont les deux tiers, selon la porte-parole de la télévision publique Marie-Josée LeBlanc, critiquaient l'attitude de Serge Chapleau. «Mais certains courriels étaient signés de gens se présentant comme des fidèles de Raël», ajoute-t-elle.

Radio-Canada n'avait pas reçu de mise en demeure, de menaces de poursuites ou de demande d'excuses.

Des excuses demandées

Par contre, les raéliens ont écrit hier au chef du Parti québécois Bernard Landry et aux premiers ministres Jean Charest et Paul Martin (dans ce dernier cas, on se demande bien pourquoi) pour exiger que Mme Marois présente des excuses officielles au «chef religieux Raël». Dans cette lettre, Daniel Chabot, porte-parole des raéliens, soutient que Pauline Marois a eu un comportement indigne.

La principale intéressée a déclaré hier à La Presse Canadienne qu'elle n'avait aucunement l'intention de s'excuser. Dans une entrevue, elle a plutôt déclaré que Raël était «fou à lier».

«À un moment donné, j'ai songé à me lever et à m'en aller. Mais, ensuite, je me suis dis que la meilleure attitude à adopter était de le dénoncer».

La députée de Taillon dit n'avoir appris que la veille qu'elle devrait partager la même tribune que Vorilhon. Elle promet qu'on ne l'y reprendra plus. «Plus jamais, plus jamais de ma vie, je me retrouverai avec lui sur quelque tribune que ce soit», a-t-elle ajouté à La Presse canadienne. «Je ne pensais pas qu'il était aussi fou que ça», a-t-elle insisté, qualifiant de «capotées» les vues du chef du mouvement.

Alors que l'émission de dimanche soir a frôlé le freak show, les invités mal à l'aise tentant de blaguer et de ridiculiser Vorilhon, Pauline Marois fut la seule à tenter d'y opposer une argumentation plus structurée. Ainsi, scandalisée par les propos de Raël voulant que seuls les êtres supérieurement intelligents devraient avoir le droit de vote, elle s'est livrée à un petit cours sur la démocratie, mentionnant que même «les plus humbles» de notre société avaient droit de participer aux scrutins.

Hier plusieurs s'interrogeaient sur le bien-fondé de donner de la visibilité aux Raéliens dans une telle émission. Ce qui est certain, c'est que la vitrine fut exceptionnelle: Tout le monde en parle a attiré 2 179 300 auditeurs dimanche soir, selon la firme BBM, avec une pointe de 2,2 millions autour de 21h. C'est énorme (l'année dernière seuls Les Bougon arrivaient à dépasser deux millions d'auditeurs à Radio-Canada). La première édition de l'émission la semaine précédente avait attiré 1,6 million d'auditeurs.

Difficile de prédire si Tout le monde en parle arrivera à tenir un tel rythme dans la controverse, alors qu'en octobre TVA se prépare à lui opposer à la même heure une nouvelle émission de télé-réalité, Pour le meilleur et pour le pire.

***

Par ailleurs, le retour de Gérard D. Laflaque sur les ondes a attiré environ un million de téléspectateurs dimanche soir à Radio-Canada. Pendant Tout le monde en parle, le film à TVA, L'Inconnu de Las Vegas, a attiré à peine 582 000 auditeurs.

La nouvelle émission de Véronique Cloutier à Radio-Canada, Ça va être ta fête, attirait 692 000 téléspectateurs à Radio-Canada. À la même heure, la nouvelle émission de Marie-France Bazzo à Télé-Québec, Il va y avoir du sport, en attirait 148 000.

À voir en vidéo