Rémunération des nouvelles: le «Globe and Mail» et d’autres médias se joignent au programme de Facebook

Par l’entremise du programme, Facebook verse des sommes non précisées pour lier des articles des éditeurs sur des pages consacrées à certains sujets.
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse Par l’entremise du programme, Facebook verse des sommes non précisées pour lier des articles des éditeurs sur des pages consacrées à certains sujets.

Trois éditeurs de presse canadiens se sont joints au programme de Facebook par lequel le géant technologique paye pour utiliser certains contenus sur sa plateforme.

Le Globe and Mail, Black Press Media et Glacier Media se sont ainsi joints au programme News Innovation Test, a indiqué le réseau social.

Ce programme comptait déjà 14 membres, dont Le Devoir et la CN2i — qui possède Le Soleil, Le Nouvelliste, La Tribune, La Voix de l’Est, Le Droit et Le Quotidien —, ainsi que le National Observer, FP Newspapers, Tyee et SaltWire Network.

Par l’entremise du programme, Facebook verse des sommes non précisées pour lier des articles des éditeurs sur des pages consacrées à certains sujets, comme la COVID-19 ou les changements climatiques.

Facebook Canada refuse de révéler la valeur totale estimée des ententes, invoquant des raisons de confidentialité. Il a cependant déjà indiqué à La Presse canadienne que le programme s’étalerait sur plusieurs années et qu’il ne prévoyait pas de paiements pour les nouvelles pour lesquelles les éditeurs ont déjà publié des liens.

Cette nouvelle survient après que les éditeurs de presse, qui voient leurs revenus publicitaires plonger depuis des années, ont demandé au géant technologique de partager une plus grande partie de ses profits.

Facebook finance une bourse d’une valeur d’un million de dollars qui permet depuis un an l’embauche de 10 journalistes supplémentaires à La Presse canadienne. Certaines organisations médiatiques qui recevront du financement par l’entremise de ce projet sont des clients de l’agence de presse.

À voir en vidéo