Alec Castonguay prendra la barre de «Midi info»

Alec Castonguay à l’émission Tout le monde en parle du 10 mai 2020.
Photo: Karine Dufour Radio-Canada Alec Castonguay à l’émission Tout le monde en parle du 10 mai 2020.

Après cinq ans comme animateur de Midi info, Michel C. Auger cède son fauteuil au journaliste Alec Castonguay dès la saison prochaine, à l’automne. La direction de Radio-Canada a confirmé la nouvelle mercredi.

Alec Castonguay traîne derrière lui une impressionnante feuille de route. Après avoir été correspondant parlementaire à Ottawa pour Le Devoir, il est devenu en 2011 chef du bureau politique du magazine L’actualité. En mars dernier, il a publié un livre, Le printemps le plus long. Au cœur des batailles politiques contre la COVID-19, sur les dessous de la gestion de la pandémie par le gouvernement Legault.

En près de 20 ans dans le milieu du journalisme, il a remporté à quatre reprises le prix Judith-Jasmin, la plus haute récompense du genre au Québec.

 

Succéder au vétéran Michel C. Auger constitue un « privilège », a commenté le principal intéressé dans un communiqué. « Je suis très heureux d’animer une émission d’affaires publiques à Radio-Canada. C’est avant tout une question d’authenticité et de curiosité envers le monde qui nous entoure. Mieux le comprendre pour savoir quoi en penser. Je ferai de mon mieux pour partager avec les auditeurs le plaisir de s’informer. »

En plus d’apparaître sur des panels politiques à la télévision, Alec Castonguay baigne dans le monde de la radio depuis plusieurs années. On a pu l’entendre au micro du 98,5 FM entre 2008 et 2017, de même qu’à l’antenne de diverses émissions à Radio-Canada depuis 2018. On pourra entendre sa voix tous les midis de semaine, d’un océan à l’autre, à partir de cet automne.

Michel C. Auger quitte son rôle d’animateur à la radio, mais demeure tout de même à l’emploi de Radio-Canada. Au moment d’annoncer son départ en ondes, il a confié vouloir chercher « un rythme qui va être moins effréné que celui d’une émission quotidienne qui oblige à un horaire assez rigoureux et parfois monacal ».

La société d’État a précisé de son côté que le journaliste continuera d’intervenir à la télé et à la radio de Radio-Canada comme analyste et commentateur.

À voir en vidéo