Emilie Nicolas parmi les lauréats du gala Dynastie

La chroniqueuse Emilie Nicolas a reçu le prix «personnalité média écrit engagée de l’année» lors du gala qui s'est déroulé samedi soir. 
Photo: Catherine Legault Le Devoir La chroniqueuse Emilie Nicolas a reçu le prix «personnalité média écrit engagée de l’année» lors du gala qui s'est déroulé samedi soir. 

La chroniqueuse du Devoir Emilie Nicolas a reçu le prix « personnalité média écrit engagée de l’année » lors du gala Dynastie, qui s’est déroulé de façon virtuelle samedi soir.

« J’ai été très émue quand j’ai reçu ce prix, a affirmé Mme Nicolas en entrevue au Devoir. Dans la dernière année, particulièrement depuis la mort de George Floyd, les sujets dont on débat et qui touchent les communautés noires sont des sujets sensibles, qui peuvent devenir rapidement émotifs. J’essaie d’avoir un impact dans la société et je prends ce prix, dont une partie est décernée par le vote du public, comme un grand merci. Un merci qui me touche beaucoup. »

Le gala Dynastie, qui en est à sa cinquième édition cette année, vise à récompenser des artisans des milieux culturels artistiques et médiatiques issus des communautés noires du Québec. « À la suite de l’année assez turbulente que l’on a vécue, on a choisi de miser sur l’engagement social, le militantisme et l’avancement de nos droits, a expliqué le metteur en scène et directeur artistique du gala, AngeLo Cadet. C’était incontournable. »

Dans cette lutte-là, on fait plus souvent face à la brutalité des mots de ceux qui nous rentrent dedans qu’à ceux qui viennent célébrer le travail que l’on fait

 

Au total, onze prix ont été décernés à des personnalités et à des organismes qui militent pour les droits et libertés des communautés noires lors de cette soirée virtuelle, dont l’animation s’est déroulée en direct de la Place des Arts.

Le prix « activiste et militant de l’année » a été remis à Will Prosper, réalisateur et cofondateur de Hoodstock. « C’est le fruit de plusieurs années de travail, a dit humblement le militant de Montréal-Nord au téléphone. Dans cette lutte-là, on fait plus souvent face à la brutalité des mots de ceux qui nous rentrent dedans qu’à ceux qui viennent célébrer le travail que l’on fait. Ça agit comme un baume quand on pense à tous ces courants de haine que l’on reçoit pour quelque chose qui est nécessaire et qu’on devrait faire valoir. »

Le prix « artiste engagé de l’année » est allé à l’artiste multidisciplinaire Niti Marcelle Mueth. La marche contre le racisme, organisée par la Ligue des Noirs Nouvelle Génération, a été sacrée « initiative engagée de l’année. »

L’expérience virtuelle a forcé tout le monde à faire preuve d’encore plus de créativité, a expliqué le directeur artistique, AngeLo Cadet. « Cette forme virtuelle était très, très bonne, a-t-il affirmé. J’ai beaucoup aimé l’expérience et je pense que les gens aussi. C’était un gros gala. On est maintenant prêts à relever le défi télévisuel. »

À voir en vidéo