Al-Jazira au Canada - Vidéotron trouve la facture plutôt salée

Les contraintes imposées par le CRTC pour permettre la distribution d'al-Jazira, le réseau arabe de nouvelles continues, impliquent des coûts trop élevés pour justifier sa diffusion, selon Vidéotron.

Le câblodistributeur fait valoir qu'il faudrait l'enregistrer 24 heures sur 24, sept jours sur sept, en traduire le contenu et l'analyser pour déterminer si des propos offensants ont été tenus.

Une telle procédure impliquerait l'achat d'équipement, l'embauche de six ou sept interprètes à temps plein et de juristes pour analyser le contenu, soit une dépense d'environ un demi-million de dollars par année.

Pour rentabiliser un tel investissement, il faudrait qu'environ 50 000 clients acceptent d'acheter le signal. Or environ 83 000 personnes comprennent l'arabe au Québec, mais de ce nombre, moins de 2000 sont abonnés à ART America, la télévision arabe que diffuse déjà Vidéotron.

De plus, les abonnés potentiels devraient se munir d'un décodeur numérique pour capter al-Jazira. Vidéotron ajoute qu'avec le délai imposé par l'enregistrement, la traduction et l'analyse, les nouvelles d'al-Jazira ne seraient même plus à jour au moment de leur diffusion.

Vidéotron n'a pas encore pris une décision finale mais la présence d'al-Jazira dans sa grille horaire semble plus que douteuse.