L’ASPC félicite Facebook pour la suppression de fausses nouvelles

Depuis lundi dernier, Facebook a annoncé qu’il ne tolérait plus le partage de fausses informations sur de nombreux sujets touchant le coronavirus et les vaccins contre la COVID-19. 
Photo: Olivier Douliery Agence France-Presse Depuis lundi dernier, Facebook a annoncé qu’il ne tolérait plus le partage de fausses informations sur de nombreux sujets touchant le coronavirus et les vaccins contre la COVID-19. 

Les efforts de Facebook, de Twitter et de YouTube visant à supprimer les fausses informations au sujet de la COVID-19 sont salués par l’Agence de la Santé publique du Canada (ASPC), dans un appel à la lutte contre la désinformation sur les réseaux sociaux publié dimanche.

De l’avis de l’Agence, les principaux médias sociaux ont avant tout « contribué à une surabondance d’information », provoquant « un genre “d’infodémie”, qui aggrave la pandémie actuelle ». Dans un texte diffusé dimanche par l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam, celle-ci se dit toutefois « encouragée par les efforts déployés par Facebook, Google, YouTube et Twitter pour réduire le volume d’informations erronées sur leurs plateformes ».

Depuis lundi dernier, le réseau social Facebook a annoncé qu’il ne tolérait plus le partage de fausses informations sur de nombreux sujets touchant le coronavirus et les vaccins contre la COVID-19. Terminées, les affirmations infondées selon lesquelles le virus a été fabriqué par des humains, que les vaccins ne sont pas efficaces, ou encore que les vaccins sont toxiques ou causent l’autisme, par exemple.

L’ASPC considère que le partage de fausses informations, tant volontaire qu’involontaire, « crée de la confusion et de la méfiance », et fait en sorte qu’il soit « plus difficile de prendre des décisions vitales au sujet de sa santé ». On précise que n’importe qui peut y être vulnérable.

« J’aimerais que tous les Canadiens soient à l’affût, et qu’ils MARQUENT UNE PAUSE et VÉRIFIENT soigneusement l’information avant de la retransmettre, afin que nous puissions briser la chaîne d’informations erronées », souligne la Dre Tam.

L’Agence fait ainsi la promotion de sites spécialisés dans la vérification des faits, comme le site gouvernemental vraioufauxenligne.ca, celui d’un collectif scientifique LaScienceD’abord, ou encore l’organisation sans but lucratif destiné aux enfants HabiloMédias.ca.

À voir en vidéo