Le débrouillage d’ICI RDI prend fin malgré la résurgence de la COVID-19

Photo: Valérian Mazataud Archives Le Devoir
Alors que le nombre de nouvelles infections à la COVID-19 frôle les 1900 cas par jour et que le Québec s’apprête à se reconfiner, Radio-Canada a discrètement recommencé à brouiller sa chaîne d’information en continu RDI, mardi.

« En raison de la situation exceptionnelle vécue par l’ensemble des Canadiens dans les premiers mois de la pandémie et lors de la résurgence survenue en octobre dernier, les chaînes d’information en continu au pays ont été débrouillées avec la collaboration des télédistributeurs », confirme le porte-parole de la Société Radio-Canada (SRC), Marc Pichette.

Une première période où il était possible de regarder RDI sans abonnement à la télévision câblée, et sur le site Web du diffuseur public, a été offerte du 14 mars jusqu’à la fin du mois de juin, alors que les cas de COVID-19 étaient en forte baisse au pays. Puis, un nouveau débrouillage lancé le 13 octobre s’est terminé le mardi 15 décembre, sans toutefois être annoncé nulle part.

Suivez l'évolution de la COVID-19 au Québec

Consultez notre tableau de bord interactif.

« Nous avons laissé le soin aux télédistributeurs d’indiquer la fin des débrouillages dans leur environnement télé et sur leur site Internet », explique M. Pichette.

Un article qui annonçait ce second débrouillage, mais qui ne faisait aucune mention d’une date de fin de cette offre, a simplement été retiré du site Web de Radio-Canada.

Le 23 juin, pourtant, la directrice générale de l’information des Services français de Radio-Canada, Luce Julien, a annoncé la fin de la gratuité de la chaîne, expliquant l’importance d’offrir ce service en temps de pandémie. « Il fallait le faire pour faciliter la circulation de l’information, cruciale et essentielle », disait-on à ce moment.

Bien que Radio-Canada soit une société d’État, sa chaîne ICI RDI tire la plus grande part de ses revenus des abonnements. En vertu de la réglementation du CRTC, RDI est obligatoirement distribuée à l’extérieur du Québec, mais offerte seulement aux téléspectateurs québécois qui paient pour l’inclure dans leur forfait.

À voir en vidéo