L'espoir renaît à Radio-Nord

Les travailleurs de Radio-Nord Communications en Abitibi et au Témiscamingue pourraient rentrer au travail au cours des prochaines semaines, après 20 mois de grève.

Le comité de négociation de leur syndicat CSN a en effet laissé savoir hier qu'il acceptait la recommandation du médiateur nommé par le ministère fédéral du Travail, Jacques Lessard.

Il reste toutefois à convenir du protocole de retour au travail avant de mettre fin à ce très long conflit de travail. Ces négociations se dérouleront à compter des prochaines heures.

Le document qui aborde tous les points en litige a déjà été approuvé par la direction de l'entreprise. Les 55 membres restants du syndicat doivent se prononcer en assemblée générale au cours des prochains jours à Rouyn-Noranda.

Même si les clauses normatives et salariales ne sont pas encore réglées, le syndicat a qualifié «d'important déblocage» les événements survenus depuis le début de la semaine.

«On est passés par toute une gamme d'émotion, mais aujourd'hui c'est comme l'aboutissement — du moins, on l'espère — de ce conflit-là», a confié le président du syndicat, André Anglehart.

Le directeur général de Radio-Nord en Abitibi-Témiscamingue, Ghislain Beaulieu s'est lui aussi dit soulagé de voir le conflit sortir de l'impasse. «Mais il nous reste encore tout le protocole de retour au travail à négocier», a-t-il toutefois précisé.

Les deux parties ont décidé de taire le contenu de la recommandation du médiateur pour le moment. Le maintien d'emplois dans la région, la création d'une caisse de retraite et les salaires sont au coeur du conflit qui a éclaté le 25 octobre 2002.

La convention collective des techniciens, réalisateurs, journalistes et employés de bureau de la société était venue à échéance le 31 août de l'année précédente.

Deux cents employés

Fondée en 1948, Radio-Nord Communications exploite trois stations de télévision ainsi que deux stations de radio en Abitibi-Témiscamingue. Elle possède aussi des stations en Outaouais et au Saguenay.

La société compte quelque 200 employés.

Jusqu'à ce que la nouvelle convention collective soit ratifiée par les syndiqués, les deux stations de radio et les trois postes de télévision de l'entreprise en Abitibi-Témiscamingue continueront à diffuser des émissions produites par les cadres ou par les réseaux TVA, Radio-Canada et TQS.

Les citoyens ne retrouveront pas leurs bulletins d'informations locales avant que tous les employés soient rentrés au travail, a déclaré M. Beaulieu.