Le «New York Times» franchit le seuil des 7 millions d’abonnés

Le New York Times a franchi en octobre la barre des 7 millions d’abonnés, a annoncé jeudi le groupe, qui a gagné deux millions d’abonnés numériques sur un an.

Conformément à sa stratégie, le groupe de presse s’appuie de plus en plus sur son contenu payant pour réduire l’importance de la publicité dans ses revenus. Il y a encore deux ans, la publicité représentait encore près de 40 % du chiffre d’affaires (38 %). Au troisième trimestre 2020, elle ne pesait plus que 18 % des revenus, contre 70 % pour les abonnements.

Sur les trois mois de juillet à septembre, la croissance du chiffre d’affaires lié aux abonnements a fait mieux que compenser le nouveau repli de la publicité (-30 % sur un an).

Pour la première fois, le chiffre d’affaires tiré des abonnements en ligne a dépassé celui des abonnements aux éditions imprimées.

Les revenus par abonnement en ligne sont toutefois sensiblement plus faibles que ceux tirés du papier. Le nombre d’abonnements aux éditions imprimés ne représente ainsi que 12 % du total des abonnements, mais pèse encore près de la moitié des revenus associés.

Au total, le chiffre d’affaires est quasi stable (-0,4 %), à 426 millions de dollars, meilleur que les prévisions des analystes, qui attendaient 411 millions, selon un consensus établi par le site Yahoo Finance.

Le quotidien et son site continuent de bénéficier de l’intérêt autour de la politique américaine, de la campagne présidentielle et du scrutin. Le groupe a indiqué que mercredi, quelque 120 millions de personnes avaient consulté le site ou l’application du New York Times.

Le groupe prévoit que la progression des revenus tirés des abonnements va légèrement accélérer au quatrième trimestre, tandis que le chiffre d’affaires provenant de la publicité va continuer à décroître au même rythme.

Sur le troisième trimestre, le bénéfice a été plus que doublé par rapport à la même période de 2019, à 33 millions de dollars, contre 16 un an plus tôt.