De la Terre à la Lune, quatre balados pour adoucir la quarantaine

La première saison de <i>13 Minutes to the Moon</i>, grande production de la BBC, s’attardait dans le détail à la mythique mission <i>Apollo 11</i>. La deuxième saison, dont les deux premiers épisodes sont déjà parus, raconte pour sa part l’histoire du vol avorté d’<i>Apollo 13</i>, notamment popularisé par le film du même nom.
Photo: NASA / Agence France-Presse La première saison de 13 Minutes to the Moon, grande production de la BBC, s’attardait dans le détail à la mythique mission Apollo 11. La deuxième saison, dont les deux premiers épisodes sont déjà parus, raconte pour sa part l’histoire du vol avorté d’Apollo 13, notamment popularisé par le film du même nom.

Pour les prochaines semaines, Le Devoir profitera de votre livraison hebdomadaire du DMagazine pour vous proposer des balados dans lesquels vous plonger pendant votre isolement préventif ou votre quarantaine forcée — on n’est pas regardant. Pour les retrouver, faites une recherche dans l’application de balados de vos téléphones ou tablettes.​

13 Minutes to the Moon,saison 2 (en anglais)

La première saison de cette grande production de la BBC s’attardait dans le détail à la mythique mission Apollo 11, pendant laquelle Neil Armstrong a mis le pied sur la Lune. La deuxième saison, dont les deux premiers épisodes sont déjà parus, raconte pour sa part l’histoire du vol avorté d’Apollo 13, notamment popularisé par le film du même nom.

Le balado, animé par Kevin Fong, a l’avantage de ne pas plonger dans le patriotisme, l’équipe étant britannique et non américaine. La BBC a toutefois pu mettre la main sur les bandes originales des enregistrements de bord de la NASA, ce qui permet une plongée fascinante dans ces aventures lunaires, d’autant qu’Apollo 13 a été victime d’une explosion.

Porté par la musique pompeuse de Hans Zimmer, le balado met aussi en vedette certains des survivants de ces missions. Dans la 2e saison, on peut entre autres entendre Jim Lovell et sa tendre moitié Marilyn, ainsi que Fred Haise.

François Bellefeuille :3,7 planètes

Après la Lune, revenons sur Terre. L’humoriste François Bellefeuille propose le balado 3,7 planètes, décliné en 11 épisodes, où il mélange deux mondes que tout pourrait séparer : l’art d’être drôle et l’environnement. Le titre fait référence au nombre de planètes dont nous aurions besoin si l’humanité voulait soutenir le mode de vie de Bellefeuille.

Le barbu père de famille écoanxieux documente au fil des épisodes une double quête. D’une part, il essaie de diminuer son empreinte écologique en s’informant sur différents sujets (recyclage, pollution aérienne). De l’autre, il essaie d’écrire un numéro d’humour qui pourrait faire rire le public tout en le faisant réfléchir.

Le résultat est étonnant, et réussit avec brio à marcher sur la fine ligne entre le documentaire et la captation d’humour. Qu’on aime ou pas Bellefeuille sur scène, le créateur y est transparent, charismatique et investi. Tous les épisodes sont déjà disponibles.

La puce à l’oreille

La puce à l’oreille n’est pas un balado en soi, mais un petit média qui décline des productions sonores à emporter et qui sont destinées aux enfants. La boîte propose différents formats propres à séduire différentes tranches d’âges, disons entre 5 et 12 ans.

En gros, les productions sonores, qui sont construites dans une approche éducative, se divisent en quatre grandes catégories de productions : « formats puce », « grands formats », « rencontres » et « émissions ». Les sujets sont variés, allant de la civilisation maya à l’abeille à miel, en passant par le pastafarisme. Certaines émissions plus longues s’attardant à des œuvres théâtrales sont faites par les enfants mêmes, alors que d’autres capsules sont conçues sous la forme de rencontres avec des personnalités, comme Trana Wintour ou la joueuse professionnelle Stéphanie Harvey.

Selon les mots de La puce à l’oreille, « c’est en exposant les enfants à des contenus de qualité et exigeants, drôles, profonds ou tendres, qu’on leur permet de devenir des adultes critiques, curieux et éclairés. » Les différents fichiers sont notamment disponibles au lpalo.com.

Le Casanova de Montréal

La journaliste au bureau d’enquête de Québecor Brigitte Noël propose en collaboration avec le volet balado de QUB radio la série Le Casanova de Montréal, qui, au fil de ses six épisodes, éclaire le sombre portrait d’un manipulateur et fraudeur soupçonné, Sheldon Ludwick.

À entendre quelques-unes des (visiblement nombreuses) victimes de l’homme de 62 ans, il était charmeur, voire magnétique. Mais selon toute vraisemblance, Ludwick se jouait de ces nombreuses femmes pour les arnaquer. « J’aurais tout fait pour lui et il m’a détruite », confie l’une d’entre elles.

La production sonore est un peu pompeuse, mais il faut avouer que le ton sert bien Le Casanova de Montréal. Détail intéressant, certains épisodes sont offerts en version entièrement francophone ou en version originale bilingue.