Groupe Capitales Médias: Pierre Karl Péladeau revient à la charge

Pierre Karl Péladeau
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Pierre Karl Péladeau

Le Groupe Capitales Médias (GCM) pourrait réduire ses coûts de 18 millions s’il se trouvait dans le giron de Québecor, a affirmé Pierre Karl Péladeau dans une longue entrée sur sa page Facebook dimanche, où il s’en prend également au premier ministre François Legault pour ses récentes déclarations au sujet de Desjardins.

« Laissez de côté votre orgueil et vos parties de bras de fer, monsieur le premier ministre, et prenez plutôt les justes mesures pour protéger l’information régionale comme nationale », a écrit M. Péladeau. « La précipitation improvisée du gouvernement compromet aussi l’indépendance des salles de rédaction puisque ces dernières seront les affidées du gouvernement pour assurer le financement des pertes d’exploitation qui ne manqueront pas d’être très importantes. »

Le président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier, a indiqué le 25 novembre que l’organisation n’était pas à l’aise avec le niveau de risque du projet coopératif qui doit relancer GCM. Or les choses se sont corsées quand le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a évoqué le lendemain une possible « apparence de conflit d’intérêts » concernant une vice-présidente du conseil d’administration de Québecor qui siège également au conseil du fonds Capital régional et coopératif Desjardins (CRCD).

Desjardins a annoncé le 27 novembre une évaluation du « nouveau dossier » puisque le plan d’affaires aurait récemment été bonifié. Mais le 28, nouvelle tournure : M. Legault déclare : « Le Fonds de solidarité et Desjardins Capital de risque ont des crédits d’impôt parce qu’on leur demande de prendre plus de risques qu’une banque. Est-ce qu’ils investissent tout cet argent-là et est-ce qu’ils prennent tous les risques qu’ils devraient prendre ? C’est des programmes qu’il faut toujours réexaminer. »

Aux yeux de M. Péladeau, il y a là « une opération de tordage de bras et d’intimidation envers Desjardins en les menaçant de revoir les crédits d’impôt auxquels CRCD a droit en vertu de sa mission ».

« J’interpelle le premier ministre et le ministre de l’Économie à l’effet qu’il serait plus utile pour le Québec et ses médias qu’ils refassent leur travail et leur analyse. Il aurait lieu qu’ils reconsidèrent la proposition de Québecor présentée au début du processus », a écrit M. Péladeau. Selon ce dernier, les économies d’échelle dont GCM bénéficierait chez Québecor se ventileraient comme suit : 5 millions au chapitre de l’impression, 3 millions en coûts de distribution, 8 millions pour les « infrastructures de direction et de systèmes » et 2 millions en frais de locaux.

Selon les documents du syndic PwC publiés en septembre, les revenus des six journaux de GCM pour 2019 étaient estimés à environ 66 millions.

M. Péladeau avait exposé l’argument des économies d’échelle au mois d’août, notamment dans ses propres journaux, mais les articles de l’époque ne vont pas jusqu’à fournir le détail.

L’attaché de presse du ministre Fitzgibbon a indiqué dimanche que son cabinet ne ferait aucun commentaire concernant les écrits de M. Péladeau.