Une crise qui accentue la pression sur les journalistes

Le contexte dans lequel de nombreux journalistes doivent désormais effectuer leur métier a forcé plusieurs d’entre eux samedi à lever un drapeau rouge au sujet de l’état psychologique de plusieurs reporters.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Le contexte dans lequel de nombreux journalistes doivent désormais effectuer leur métier a forcé plusieurs d’entre eux samedi à lever un drapeau rouge au sujet de l’état psychologique de plusieurs reporters.

Oeuvrant dans une industrie en crise financière et en déficit de confiance, où il faut souvent faire beaucoup avec peu, les membres de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) ont abordé de front la question de la santé mentale en fin de semaine lors de leur congrès annuel. Alors que plusieurs journalistes se sont inquiétés en discussion d’une forte prévalence des dépressions et de l’anxiété dans les rédactions, la FPJQ a aussi annoncé dimanche une aide à ses membres.

Le contexte dans lequel de nombreux journalistes doivent désormais effectuer leur métier a forcé plusieurs d’entre eux samedi à lever un drapeau rouge au sujet de l’état psychologique de plusieurs reporters. Les compressions dans le personnel, les tâches qui se cumulent avec les nouvelles plateformes, les salaires — notamment ceux des pigistes — qui stagnent depuis longtemps et la pression accrue des relationnistes de presse sont parmi les raisons pour lesquels plusieurs se sentent épuisés.

Marie Lambert-Chan, la rédactrice en chef de Québec Science, qui participait à une discussion sur la santé mentale, voit beaucoup de détresse dans la profession. « J’ai été salariée, à la pige et patronne, dit-elle. Clairement, je pense que la majorité des journalistes dans mon entourage sont au bout du rouleau. C’est pas normal de faire un métier comme le nôtre. Je trouve bizarre qu’on n’ose pas reconnaître l’exigence de ce qu’on fait. »

Cette idée de la dévotion journalistique et du rôle particulier des médias dans la démocratie est revenue dans les discussions. Mickaël Bergeron, un surnuméraire au Soleil qui a aussi été animateur radio et chroniqueur, a vécu un épuisement professionnel qui l’a fait réfléchir sur son métier. « Presque tous les journalistes voient ça comme une vocation, mais sous [cette vision] on en fait toujours plus. Mais c’est à quel prix humain ? »

Si Marie-Lambert Chan croit qu’il faut que les journalistes soient plus charitables et bienveillants les uns envers les autres, Mickaël Bergeron croit que les pratiques et les attentes ne peuvent être les mêmes alors que les moyens n’y sont plus. « À un moment donné, il faut assumer les coupures, a-t-il lancé. Changeons le produit, gardons la qualité. [Sinon] ça tombe sur le dos des employés ou sur la qualité du contenu offert. »

C’est pas normal de faire un métier comme le nôtre. Je trouve bizarre qu’on n’ose pas reconnaître l’exigence de ce qu’on fait.

Le psychologue et professeur titulaire à l’École des sciences de la gestion de l’UQAM Jacques Forest a pour sa part souligné que « la recherche montre que c’est le bien-être qui mène à la performance, et pas le contraire. Il faut se sentir bien pour être bon ».

La FPJQ a elle-même rebondi sur le sujet dimanche matin, lors de son assemblée générale. La fédération a annoncé que ses membres — et leur famille — auront droit gratuitement à des ressources d’aide psychologique. Cette mesure sera mise en place à partir du 1er décembre. « On est vraiment fiers de le faire », a lancé la directrice générale de la FPJQ, Catherine Lafrance.

Le congrès de la FPJQ a aussi été l’occasion pour ses membres de prendre connaissance d’une étude sur le cyberharcèlement commandée par la Fédération nationale des communications (CSN). Basée sur un coup de sonde par courriel ayant rejoint quelque 250 répondants, l’étude a révélé de façon étonnante que 50 % des journalistes avaient été victimes d’attaques en ligne et que davantage d’hommes que de femmes en étaient la cible. La petite taille de l’échantillon et son caractère volontaire ont toutefois été soulignés par les journalistes, qui ont reçu ces chiffres avec doute et étonnement. Notons que, selon des chiffres du Conseil de l’Europe, 21 % des travailleurs du milieu de l’information sont victimes de cyberharcèlement, soit environ 4 fois plus que la population en général.

L’éléphant dans la pièce

Les effets du Web auront par ailleurs été aussi au coeur des discussions sur la crise de confiance que vivent les reporters, qui était le thème du congrès de la FPJQ. L’image négative que donne Donald Trump de la presse a une incidence dans l’oeil du public, mais « l’éléphant dans la pièce, c’est les réseaux sociaux », a affirmé le rédacteur en chef du quotidien La Voix de l’Est, Marc Gendron.

« La critique du travail journalistique a toujours existé, mais aujourd’hui, ça trouve écho et c’est diffusé grâce aux réseaux sociaux, a affirmé M. Gendron. Avant […], c’était le média qui était interpellé. Aujourd’hui, ils le font sans passer par nous. Je le répète, le problème, c’est les réseaux sociaux et la façon dont les gens les utilisent. » Il concède tout de même que c’est une petite part de son lectorat qui fait beaucoup de dommage.

L’organisme Reporters sans frontières étudie d’ailleurs la possibilité d’offrir une certification de confiance dans le cadre du projet Journalism Trust Initiative. Son responsable du pôle recherche, Bertin Leblanc, pense à « un ISO 2000 » du journalisme, « pour que le public puisse s’y retrouver. »


Hommage à Michèle Ouimet

Le congrès de la FPJQ a été l’occasion de remettre certains prix de journalisme. La reporter Michèle Ouimet, qui a récemment pris sa retraite de La Presse, a reçu le prix Judith-Jasmin hommage. Son travail à l’international, notamment dans plusieurs zones de guerre, a été souligné. « En 29 ans, j’ai passé davantage de temps dans la salle de rédaction que chez moi », a souligné la journaliste chevronnée.

La bourse Arthur-Prévost remise à un journaliste prometteur est quant à elle revenue à Anne-Marie Provost, de Radio-Canada, qui a aussi été lauréate l’été dernier de la bourse AJIQ-Le Devoir.