Le PLQ dit craindre une possible concentration de la presse

Une commission parlementaire sur l’avenir des médias se déroulera prochainement.
Photo: Georges Gobet Agence France-Presse Une commission parlementaire sur l’avenir des médias se déroulera prochainement.

L’opposition officielle met en garde le gouvernement contre la concentration de la presse, si Québecor rachète le Groupe Capitales Médias (GCM).

Le Parti libéral (PLQ) réagissait ainsi jeudi à la nouvelle selon laquelle le conglomérat de Pierre Karl Péladeau serait intéressé par le rachat du groupe de journaux régionaux en difficulté.

Dans une mêlée de presse en matinée jeudi au Parlement, la députée libérale d’Acadie, Christine St-Pierre, a dit craindre une concentration de la presse et a insisté sur une diversité des voix en démocratie.

Sa collègue, la députée libérale de Verdun, Isabelle Melançon, a renchéri. Il faut que tous les citoyens du Québec, dans chacune des régions, puissent avoir accès à plusieurs sources d’information différentes pour pouvoir se faire une idée, a-t-elle fait valoir. « Une société informée est une société libre qui demeure démocratique », a-t-elle dit en entrevue téléphonique.

GCM, qui possède notamment les quotidiens Le Soleil de Québec, Le Nouvelliste à Trois-Rivières et La Tribune à Sherbrooke, est à court de liquidités.

Mercredi matin, le gouvernement de François Legault a ouvert la porte à une aide d’urgence au Groupe Capitales Médias au moment où approchent les audiences d’une commission parlementaire sur l’avenir des médias d’information. Le premier ministre a dit avoir eu des discussions avec la direction du groupe, reconnaissant qu’il semble peut-être y avoir une situation plus urgente avec Groupe Capitales Médias, qui a déjà reçu une aide gouvernementale il y a deux ans.

Isabelle Melançon a critiqué jeudi l’immobilisme du gouvernement caquiste, qui connaît la situation difficile de GCM depuis avril et qui a mis sur pied un comité interministériel, mais qui n’a toujours pas posé de gestes.

Quel avenir pour GCM ?

TVA a rapporté en soirée mercredi que Québecor est intéressé par GCM. Le nom de Cogeco a aussi été évoqué, mais le groupe de stations de radio affirme n’avoir eu « aucune discussion » avec GCM.

« On ne sait pas d’où ça vient » [cette information], a commenté jeudi la porte-parole de Cogeco, Nancy Bouffard. Elle ne pouvait confirmer toutefois si des responsables de GCM avaient pris contact avec Cogeco.

Le président exécutif du Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, affirme que toutes les options disponibles seront examinées pour assurer la pérennité à long terme des quotidiens qui le composent et l’avenir des équipes qui y travaillent.

Le dirigeant du groupe médiatique ajoute dans une lettre publiée jeudi qu’il demeure personnellement confiant en l’avenir et que les quotidiens de Capitales Médias sont là pour rester.

Mercredi, La Presse canadienne a obtenu une note interne signée par Martin Cauchon qui signalait aux employés que la direction était forcée depuis un moment d’assurer une gestion serrée de sa trésorerie. Le groupe serait à court de liquidités.

Dans sa lettre, Martin Cauchon ajoute que le modèle d’affaires de Groupe Capitales Médias a été remis en question par les géants que sont Facebook et Google qui ont accaparé près de 80 % de toute la publicité diffusée au Canada via Internet. Néanmoins, il affirme que les plateformes numériques touchent chaque mois plus de 4,5 millions de visiteurs uniques.

M. Cauchon écrit aussi que de plus en plus de gens doivent réaliser que l’information fouillée a un coût qu’il faut accepter de payer pour ne pas se retrouver à la merci de ceux qui ont les moyens de présenter les choses à leur avantage et au détriment de l’intérêt public.