Pierre Karl Péladeau poursuit «La Presse»

Le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le grand patron de Québecor, Pierre Karl Péladeau

Après le Groupe TVA, c’est Pierre Karl Péladeau qui poursuit le quotidien La Presse et un de ses chroniqueurs pour un texte portant sur la fin de la relation d’affaires entre TVA et Julie Snyder, avec qui M. Péladeau est en procédure de divorce. Le grand patron de Québecor demande 500 000 $ au média montréalais et à son journaliste.

« Cet article contient des affirmations et des insinuations fausses, et dénote un manque d’objectivité flagrant » envers Pierre Karl Péladeau, ce qui porterait « atteinte à sa réputation », soutient la poursuite déposée à la Cour supérieure. Celle-ci a été mise en ligne vendredi par M. Péladeau lui-même.

Les allégations de la poursuite n’ont pas été prouvées en cour.

Le demandeur estime que la chronique écrite par Hugo Dumas et publiée le 27 juin 2019 (« Qui obtiendra la garde légale de Star Académie ? ») représente le « point culminant d’une campagne de salissage s’étirant sur plusieurs années, orchestrée par [le journaliste Dumas] afin de dénigrer [M. Péladeau] et de faire croire au public qu’il tente de nuire à la mère de ses deux enfants », Mme Snyder en l’occurrence.

Le texte visé « contient des comparaisons tendancieuses impliquant la vie personnelle et les enfants du demandeur », affirme la poursuite.

La Presse est poursuivie pour avoir « manqué à son rôle d’éditeur en permettant la publication de l’article » en cause.

M. Péladeau, qui soupçonne M. Dumas d’avoir une « aversion personnelle » à son encontre, s’est défendu sur Facebook de vouloir « restreindre la liberté d’expression ou attaquer la capacité de chroniqueurs et de journalistes à faire correctement leur travail ». Mais il estime que, dans le cas présent, il est question d’un « machiavélisme malsain » qui nécessite qu’il s’adresse « aux tribunaux du Québec pour que soient sanctionnées ces opérations de dénigrement ».

Séparation

Dans la poursuite, il soutient que plusieurs articles publiés par Hugo Dumas relativement à la relation d’affaires entre Julie Snyder et TVA démontrent qu’il aurait « un clair parti pris pour Mme Snyder ». Différents extraits de chroniques antérieures sont décortiqués pour tenter d’étayer l’idée voulant que le journaliste de La Presse « tient en haute estime » Mme Snyder.

Plus précisément — et plus personnellement —, Pierre Karl Péladeau juge qu’Hugo Dumas « saisit chaque opportunité de dépeindre Julie Snyder comme une victime dans [le processus de] séparation » qui l’implique.

« La Presse savait, ou devait savoir, que les propos mensongers et diffamatoires contenus dans les articles [de M. Dumas] auraient un impact important sur les procédures de divorce », croit-il.

Pierre Karl Péladeau souligne que ses deux enfants lisent La Presse + et qu’en « insinuant faussement que leur père aurait congédié leur mère et tenterait de contrecarrer ses projets professionnels », le média et son chroniqueur « alimentent l’aliénation parentale des enfants du demandeur contre celui-ci ».

Rectificatif

La chronique visée par M. Péladeau fait déjà l’objet d’une poursuite de 85 000 $ du Groupe TVA, qui appartient à Québecor. On reproche notamment au texte d’avoir affirmé que Mme Snyder avait été congédiée par TVA en novembre 2016, alors qu’il s’agissait plutôt d’une fin de contrat.

La Presse a publié à ce sujet un rectificatif le 6 juillet mais, selon Pierre Karl Péladeau, il ne s’agissait pas d’une « rétractation valable ». La direction de La Presse n’a pas voulu commenter le dossier vendredi.

Le Conseil de presse du Québec est généralement l’organe qui juge les questions de manque d’objectivité allégué des journalistes.

Québecor s’est retiré de cette instance en juin 2010.

À voir en vidéo