600 «dérapages contrôlés» pour Les Mystérieux Étonnants

Cela fait déjà 13 ans que Benoît Mercier a créé l’émission pour emporter, jadis enregistrée à la radio CHOQ de l’UQAM et maintenant mise en boîte dans un petit mais chaleureux studio du Mile-End.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Cela fait déjà 13 ans que Benoît Mercier a créé l’émission pour emporter, jadis enregistrée à la radio CHOQ de l’UQAM et maintenant mise en boîte dans un petit mais chaleureux studio du Mile-End.

Alors qu’au Québec, le monde de la baladodiffusion est en pleine ébullition et que de gros joueurs se mettent de la partie, un de ses premiers acteurs, Les Mystérieux Étonnants, produira samedi son 600e épisode devant sa communauté tissée serrée.

Cela fait déjà 13 ans que Benoît Mercier a créé l’émission pour emporter, jadis enregistrée à la radio CHOQ de l’UQAM et maintenant mise en boîte dans un petit mais chaleureux studio du Mile-End. C’est là un acte rare et méconnu de persévérance dans le balado d’ici.

Aux Mystérieux Étonnants, la trame de fond tourne autour de la culture populaire, une catégorie que Mercier préfère maintenant à celle de geek, qui a bien évolué depuis 2006. Ce qui était marginal à l’époque, comme la bande dessinée ou le cinéma de superhéros, est au fond devenu le grand fleuve culturel plutôt qu’un sous-genre méconnu.

« À l’époque, il y avait ce désir de dire qu’on n’était pas juste des créatures de sous-sol, que là-dedans, il y avait une richesse qui est vraiment intéressante, raconte Benoît Mercier. Mais au fur et à mesure que la culture geek a été adoptée dans l’inconscient collectif, même au Québec, on est passé à autre chose. »

Lors de certains épisodes, souligne Mercier, la « pop » est « pratiquement un appendice à ce qu’on aborde. On va souvent parler de nous autres, de nos parcours de vie, des aventures qui nous sont arrivées dans la semaine. Ça fait partie du coeur de ça, mais ce n’est plus juste à propos de ça. »

Les Mystérieux Étonnants, ce n’est pas une production léchée et menée au quart de tour. Ce sont trois ou quatre amis — souvent Mercier, Simon Chénier, Jeik Dion ou des collaborateurs occasionnels — qui discutent « sur un coin de table », sans feuille de route coulée dans le béton. Avec, donc, une dose de spontané et de vrai. Ce à quoi tient beaucoup Benoît Mercier, qui compare les épisodes des Mystérieux Étonnants à des « dérapages contrôlés ».

« L’authenticité, c’est pas une approche, c’est une valeur. Soit tu l’as, soit tu l’as pas. Si tu le fakes, ça va paraître vite, croit-il. Je dis toujours qu’avec le podcast, il se crée un moment. »

Au-delà du modèle d’affaires

L’animateur n’a rien contre la nouvelle vague de balados qui déferle au Québec, avec QUB qui veut en devenir un acteur important ainsi que Radio-Canada qui investit de plus en plus le domaine.

Mais il s’avoue un peu amer que plusieurs des pionniers du genre — comme Denis Talbot — ou des créateurs un peu plus « champ gauche » — comme Des si et des rais ou à une moindre échelle Mike Ward sous écoute — soient souvent oubliés.

Mercier estime aussi que l’industrie de la baladodiffusion parle beaucoup de monétisation et trop peu d’innovation.

« Il ne faut pas que je sonne comme un vieux monsieur, rigole-t-il, devant une tasse de Ghostbusters. Mais en ce moment, la conversation est beaucoup à propos du modèle d’affaires. Et je trouve que cette conversation est super importante. Moi j’aimerais ça vivre de ce que je fais, je ne le cache pas. Faire de l’argent, payer les gars. Mais la conversation devrait être à propos de ce qu’on peut faire avec le balado qu’on ne peut pas faire avec la radio ou la télé. C’est quoi nos avantages ? Je trouve qu’il y a une possibilité de créer un média extrêmement humain, de proximité, qui crée des liens avec des gens. Mais on n’a jamais cette discussion-là, on parle de comment rentabiliser. »

Communauté

Les collaborateurs des Mystérieux Étonnants sont d’ailleurs tous bénévoles, et le loyer qu’ils payent pour leur studio et les dépenses matérielles sont couverts par les fonds recueillis grâce aux contributions de leurs membres Patreon, une plateforme de financement participatif.

Ledit studio, d’ailleurs, montre bien le rapport étroit que la bande a développé au fil des années avec sa communauté. Il y a trois ans, 18 000 $ de dons provenant des fans ont été amassés pour construire cet espace d’enregistrement, aussi ouvert à « la grande famille » des Mystérieux Étonnants — les balados Coeur et croupe de Marie-Lune Brisebois ainsi que Noël chez Isidore y sont aussi captés.

« On a une approche qui ne va pas résonner chez tout le monde, mais ceux chez qui ça résonne, ça résonne fort. Ça vient entraîner un sentiment d’appartenance, souligne Benoît Mercier. Le studio, c’est le meilleur exemple. »

L’authenticité, c’est pas une approche, c’est une valeur. Soit tu l’as, soit tu l’as pas. Si tu le fakes, ça va paraître vite. Je dis toujours qu’avec le podcast, il se crée un moment.

Les histoires autour de sa construction sont multiples. Comme celle de cet auditeur électricien qui est venu plusieurs fois de Valleyfield pour passer le filage et installer les prises électriques, et ce, gratuitement. Ou cet autre amateur qui a refilé le tapis persan de sa tante pour atténuer la réverbération du lieu. Ou cet autre fan qui a dessiné pro bono une table de travail adaptée à un studio du genre.

Ce qui fait que les gens sont si attachés aux Mystérieux Étonnants, estime Mercier, c’est la proximité, mais aussi la régularité de leur production.

« Mais là où les gens nous approchent le plus, c’est dans les bars. Bon, ils sont peut-être plus déniaisés parce qu’ils sont un verre dans le nez ! Mais le commentaire le plus l’fun qu’on a commencé à recevoir, c’est : “Ah c’est vrai, toi tu ne me connais pas !” Je trouve ça tellement hot ! Parce qu’on est très vrais dans notre show, les gens, quand ils nous rencontrent, ils se rendent compte qu’on est réellement les gens qu’ils entendent, et ça fait du bien. »

Devant public

Pour l’enregistrement de leur 600e épisode, Les Mystérieux Étonnants s’installeront samedi au pub Brouhaha à Montréal, et s’exécuteront devant leur public.

« Ça va être assez intense, mais on veut garder l’idée de la conversation avec ce côté où on ne sait pas ce qui va se passer exactement. »

Olivier Niquet, de La soirée est (encore) jeune, va faire un bêtisier pour l’équipe, alors que Dominic Massicotte du groupe humoristique Les Pic-Bois livrera une sorte de « bien cuit ». L’équipe replongera aussi dans ses archives, au hasard.

Benoît Mercier raconte avoir récemment croisé Janie et Martin, un duo père-fille qui vient souvent aux émissions spéciales faites devant public. « Janie m’a demandé c’était quand la 600e. Je lui dis le 1er juin. Elle me dit : « ouf, je pensais que vous faisiez ça le jour de mon mariage, finalement je vais pouvoir venir ! ». » Après 13 ans, c’est l’occasion de renouveler ses voeux, quoi.

Les Mystérieux Étonnants

La 600e émission est enregistrée le 1er juin à 20 h au Brouhaha, à Montréal. mysterieuxetonnants.com