Gravel quitte le micro du matin

Alain Gravel en avril 2014, alors qu’il était à la barre de l’émission «Enquête».
Photo: Radio-Canada Alain Gravel en avril 2014, alors qu’il était à la barre de l’émission «Enquête».

La course pour le renouvellement de l’auditoire aura eu raison d’Alain Gravel, « morning man » depuis 2015 de l’émission matinale du Grand Montréal à la radio de Radio-Canada. Un geste qui s’inscrit dans un vent de changement amorcé pour la prochaine saison par le diffuseur public.

« Je ne peux pas donner de détails [sur les changements à venir], mais c’est sûr que les auditoires sont en évolution. Nous devons nous renouveler constamment », a indiqué jeudi Caroline Jamet, directrice générale radio et audio à la SRC, précisant qu’une proposition « renouvelée » serait bientôt annoncée pour ce segment très concurrentiel du matin à la radio.

Selon nos informations, la nouvelle n’a été annoncée que jeudi matin aux membres de l’équipe, alors que le principal intéressé avait déjà été informé que Gravel le matin quittait la grille horaire. La personne qui lui succédera serait connue d’ici deux semaines.

Les rumeurs vont déjà bon train dans la grande maison radio-canadienne pour savoir qui ravira ce siège convoité, occupé pendant deux saisons par Marie-France Bazzo, et pendant quinze ans par René Homier-Roy.

Bien que je sois un peu triste de quitter mon rendez-vous matinal, je me réjouis des nouveaux défis qu’on m’offre

 

Cotes d’écoute

On se rappellera qu’à l’arrivée d’Alain Gravel au micro de la matinale, les cotes d’écoute s’étaient montrées décevantes, mais avaient ensuite grimpé constamment pour se tailler une place enviable derrière le roi de ce créneau matinal, Paul Arcand, à l’antenne du 98,5 depuis quinze ans.

« C’est certain que les cotes d’écoute font partie des choix [mais d’autres facteurs aussi]. On est deuxième dans le marché à Montréal. On va bâtir là-dessus », a indiqué Mme Jamet.

Alain Gravel gardera un pied à la Première Chaîne, à la faveur d’une émission hebdomadaire du samedi dévolue aux événements de la semaine, et mènera aussi de grandes entrevues de fond avec des personnalités. L’ex-animateur de l’émission phare d’affaires publiques Enquête retournera également au petit écran, au service de l’information, pour réaliser des documentaires.

« Bien que je sois un peu triste de quitter mon rendez-vous matinal, je me réjouis des nouveaux défis qu’on m’offre », a indiqué l’animateur dans le communiqué publié par Radio-Canada. « C’est avec joie que le service de l’information retrouve ce journaliste solide et rigoureux », a ajouté la directrice générale de l’information à la SRC, Luce Julien.

Ce changement a lieu dans la foulée de nombreux autres récemment annoncés aux grilles radio et télé, notamment le départ de Catherine Perrin pour faire place à Pénélope McQuade au créneau du matin à la radio, alors qu’André Robitaille (Entrée principale) cédera le tapis à Sébastien Diaz dans un nouveau concept.

Le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC) ignore quel sort attend les collaborateurs de Gravel le matin, mais selon nos informations, ces derniers ont été avisés qu’on tenterait de les « replacer ailleurs ».

Selon la directrice du SCRC, Johanne Hémond, ces changements semblent s’inscrire dans la volonté exprimée du radiodiffuseur public de « se rapprocher de l’auditoire » et de miser sur des personnalités populaires susceptibles de faire grimper les cotes d’écoute.

31 commentaires
  • Réal Boivin - Abonné 11 avril 2019 11 h 04

    La multiculturaliste Radio-Canada perd du terrain

    La radio publique est devenue une radio d'État et a perdu la confiance du public qui ne tolère pas qu'on lui impose des idéologies qui ne leur conviennent pas.

  • Marie-Michelle Poisson - Inscrite 11 avril 2019 11 h 15

    Bien

    J'en suis ravie et j'espère que le ton de l'émission redeviendra plus pausé et plus informatif. À mon avis, ce n'est pas le mandat de Radio-Canada de tenter d'imiter les concurrents avec de l'humour douteux. Il faudrait songer redonner la priorité au chroniqueurs et chroniqueuses et leur laisser tout le temps de rendre compte de leur travail de recherche. On ne devrait pas leur couper systématiquement la parole. Ils et elles qui ne doivent pas se sentir obligés de raconter des anecdotes sans grand intérêt pour nous divertir ( anecdotes qui deviennent vite «malaisantes» lorsqu'elles impliquent leurs familles...). Le matin, les auditeurs ont besoin d'informations essentielles pour planifier leur journée (leur semaine ou leur fin de semaine...) et se mettre à jour sur les sujets d'actualité. Vouloir en faire trop devient vite agaçant.

    • David Cormier - Abonné 11 avril 2019 12 h 48

      Je suis tout à fait d'accord avec vous. Les "humeuristes" et autres chroniqueurs qui viennent faire du people et du human interest (excusez les anglicismes) sont ce qui a tué cette émission, sans parler bien sûr des nombreux malaises que ne manque pas de déclencher l'animateur lui-même à cause de son absence monumentale de talent à improviser et à faire des blagues (ce qui ne devrait en effet pas être le but de l'émission de toute façon). Chose que j'aurais crue impossible il y a quelques années : je suis passé au 98,5 le matin, à mon grand désarroi. Ce n'est pas toujours mieux à ce poste, mais Monsieur Arcand a un meilleur talent pour animer en direct et j'aime y entendre la chronique de Bernard Drainville et celle de Pierre-Yves McSween.

    • Dominique Parent - Abonné 12 avril 2019 09 h 17

      Tout à fait d'accord Marie-Michelle Poisson.

  • Gilles Théberge - Abonné 11 avril 2019 11 h 58

    Gravel est devenu imbuvable, suite à sa bourde incompréhensible lors des élections de 2012... !

    • David Cormier - Abonné 11 avril 2019 12 h 51

      Si on parle de la même chose, c'était plutôt à l'élection de 2014 : https://www.ledevoir.com/societe/515954/le-conseil-de-presse-retire-son-blame-contre-alain-gravel-et-radio-canada. Ce n'en était pas moins un moment très peu glorieux pour notre télé d'État.

    • Gilles Théberge - Abonné 11 avril 2019 15 h 47

      Oui je m’excuse monsieur Cormier, c’était bien en 2014.

  • David Cormier - Abonné 11 avril 2019 12 h 43

    Animateur insignifiant

    Bon débarras! Cette émission est devenue vraiment inécoutable depuis que ce piètre animateur en a pris la barre. J'aurais préféré le maintien de Mme Bazzo à l'époque. Je me réjouis donc de voir partir M. Gravel, qui est un très mauvais animateur et qui fait toujours des remarques et propos bizarres mettant tout le monde mal à l'aise. Le problème, c'est par qui Radio-Canada le remplacera-t-il? Jean-Philippe Wauthier?

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 11 avril 2019 17 h 33

      Wauthier est aussi inécoutable .J'ai pris la peine de regarder deux émissions pour voir....et
      c'etait tellement riche .....Ecoutez "Y-a des limites à...."

    • Marie Nobert - Abonnée 12 avril 2019 01 h 39

      Pour faire suite au commentaire de M. Grisé. Je n'ai jamais écouté Alain Gravel à la «Première chaîne». Je déteste les Wauthier, Robitaille, Diaz, Perron, Boulerice, Lord, Lagacé, Martineau, Dutrizac, Bellavance, (...), tous les z'animateurs d'émissions du genre «La poule aux oeufs d'or» de ce monde et toutes les autres «personnalités populaires (les «A») susceptibles de faire grimper les cotes d’écoute.» On veut du contenu et d'autres faces! Mais, car il y a..., les bonzes de la SRC...

  • Doris Girard - Abonnée 11 avril 2019 13 h 03

    enfin mon cauchemar achève

    J'ai déjà émis des commentaires négatifs à plusieurs reprises à Radio-Canada au sujet de cet animateur. Je n'ai jamais compris pourquoi on lui a confié cette émission. Il est mauvais interviewer, cassant, brusque, bafouilleur , pas drôle du tout....mais je me désole de le voir de nouveau en ondes le samedi en remplacement de Michel Lacombe animant une émission d'information , d'interviews ..il est imbuvable en entrevue. il pourrait prendre sa retraite....

    • Luc Le Blanc - Abonné 11 avril 2019 15 h 40

      Mais non, M. Gravel «est drôle, il a trois filles et il aime le vin». C'était son argument de vente à son arrivée à ce poste obtenu sans même un essai. Il n'a ensuite pas réalisé qu'il n'était plus à Enquêtes et pouvait changer de ton. Je le préférais À la semaine prochaine...

      Il ne prendra pas sa retraite, ça le priverait de se faire dépêcher aux Jeux olympiques de Tokyo l'an prochain, voyage qu'on justifiera par une chronique quotidienne de 10' sans intérêt...

    • Réal Boivin - Abonné 12 avril 2019 10 h 47

      Je pense que M. Gravel fera un excellent travail en remplacement de Michel Lacombe. M. Gravel a une grande expérience en journalisme d'enquête et il saura rehausser ce genre d'émission qui demande de la recherche, critère essentiel que n'avait pas du tout M. Lacombe.