Entente de principe à «La Presse»

La précédente convention collective des journalistes de «La Presse» était échue depuis la fin de 2015.
Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir La précédente convention collective des journalistes de «La Presse» était échue depuis la fin de 2015.

Tout juste trois ans après l’échéance de leur dernière convention collective, les syndicats des journalistes et des employés de bureau de La Presse sont arrivés à une entente de principe avec la partie patronale.

Si les clauses non pécuniaires avaient déjà été réglées à l’été 2017, l’aspect financier de la future convention collective a fait l’objet d’une entente entre la direction et le Syndicat des travailleurs de l’information de La Presse (STIP) et celui des employés de bureau.

L’accord a été conclu le 20 décembre, mais les clauses n’ont pas encore été présentées aux syndiqués, la période des Fêtes ayant forcé ce délai. Le STIP, qui compte quelque 200 membres, devrait tenir une assemblée générale le 22 janvier, a dit au Devoir la présidente Laura-Julie Perreault. La durée de la future convention collective n’a pas été précisée par cette dernière, car ses membres n’en ont pas été informés encore. « Je dirais que le processus de négociation est resté pas mal sur la même voie avant ou après le changement de statut en OBNL », a précisé Mme Perreault, qui a remplacé à l’automne dernier l’ancien chef syndical Charles Côté.

La sécurité d’emploi, dans cette négociation-là, ç’a été vraiment une grande discussion, ç’a duré longtemps

Les clauses salariales ont été négociées conjointement par différents syndicats de La Presse. Reste que les employés de l’informatique n’ont pas encore paraphé d’entente de principe.

« La sécurité d’emploi, dans cette négociation-là, ç’a été vraiment une grande discussion, ç’a duré longtemps », explique Laura-Julie Perreault. Son syndicat a aussi dû s’entendre sur les enjeux salariaux et les clauses du régime de retraite. Le STIP n’a pas voulu donner plus de détails sur l’entente de principe, désirant la présenter d’abord à ses membres.

La précédente convention collective était échue depuis la fin de 2015.

« On espère que [ça sera adopté], dit Laura-Julie Perreault. Il y a beaucoup d’affaires à présenter. On recommande l’entente de principe. »

Interrogée par Le Devoir, la direction s’est contentée d’un commentaire par courriel de la part du président de La Presse, Pierre-Elliott Levasseur. « Nous désirons laisser les exécutifs syndicaux présenter aux employés les détails de l’entente de principe intervenue avant les Fêtes. Jusqu’à ce moment, les parties demeurent sous embargo. Nous ne commenterons donc pas à ce sujet pour l’instant. »

En novembre dernier, M. Levasseur avait présenté aux employés son plan de développement, qui comprenait 37 départs volontaires. Plusieurs mains se sont levées dans les dernières semaines. Parmi les employés ayant quitté La Presse, on compte Nathalie Petrowski, Alain Brunet, Mario Cloutier, Évelyne Audet et le photographe Ivanoh Demers.