Les petits joueurs veulent aussi leur part de l’aide aux médias

Une douzaine de publications sans but lucratif, communautaires, indépendantes ou spécialisées veulent avoir une voix au futur comité chargé d’établir les critères de qualification aux programmes d’aide aux médias octroyée par Ottawa. Le gouvernement Trudeau annonçait le 21 novembre dernier différentes mesures fiscales totalisant 595 millions sur cinq ans. Les paramètres de cette aide — un crédit d’impôt sur la masse salariale, entre autres — seront déterminés par un comité d’experts indépendants formé de journalistes et de membres de l’industrie. « Nous estimons qu’il est essentiel que nous soyons aussi consultés sur ces critères, estime le groupe dont fait partie Agence Science-Presse, Ricochet, Nouveau Projet et À Bâbord !. Ignorer la voix d’un grand nombre de médias serait faire fi de leur importance réelle dans la vie des citoyens. Nous tenons donc à nous assurer que ce comité sera inclusif, assurant une pluralité des voix qui reflète la réalité du journalisme du XXIe siècle. » Ces publications, qui ont publié une lettre commune vendredi, croient par ailleurs que les futurs critères pour le crédit d’impôt sur la masse salariale devraient « inclure les journalistes indépendants, sans lesquels une bonne partie du « journalisme d’intérêt général » n’existerait pas ». La Fédération professionnelle des journalistes du Québec et la Fédération nationale des communications se sont déjà engagées à ce que des représentants des journalistes indépendants et des médias de plus petite taille se joignent au comité fédéral.