Télévision - TVA est toujours premier, selon le sondage BBM

TVA est toujours premier, bien sûr, grâce à Star Académie, et TQS est le seul réseau à avoir augmenté son écoute sur l'ensemble de la journée. Mais le dernier grand sondage d'écoute BBM trimestriel du printemps indique une baisse moyenne de l'écoute télévisuelle par rapport au printemps 2003, qui est passé de 25 heures par semaine à 24.

Comme à l'habitude, TVA se réjouissait hier d'avoir maintenu une telle force dans un environnement aussi concurrentiel. Pour l'ensemble du Québec, la part de marché de TVA est de 36 % dans ce sondage, contre 38 % au printemps 2003. La part de Radio-Canada est la même qu'il y a un an, à 16 %, et celle de TQS est passée de 12 à 14 %.

TQS avait de bonnes raisons de se réjouir, avec également une augmentation générale de ses heures d'écoute. L'augmentation de sa part de marché semble liée à l'arrivée de l'émission du matin Caféine, comme le disait hier soir le patron des programmes de la chaîne, Luc Doyon.

Mais TVA fait valoir qu'en soirée, là où ça compte, là où la chaîne réalise 80 % de ses revenus publicitaires, sa part de marché est de 39 %, celle de Radio-Canada de 21 % (contre 20 % il y a un an), et celle de TQS 11 %, contre 12 % il y a un an. En fait, la part de TQS était plus élevée le soir, l'automne dernier, grâce à Loft Story.

Radio-Canada sauve les meubles grâce à quelques titres forts cet hiver. Ainsi pour la région montréalaise, Les Bougon était la deuxième émission la plus écoutée au Québec après Star Académie de TVA. Smash et Grande Ourse lui permettent également de placer ses émissions dans les dix premières. Mais cette liste demeure totalement dominée par TVA, avec des titres comme Fortier, Le Gala de La poule aux oeufs d'or, Histoires de filles, Km/h.

Ce sondage a été mené pendant trois semaines en février et en mars dans différents marchés québécois, et il semble que ce soit le dernier de cette tradition.

Car à compter de l'automne prochain, les réseaux veulent utiliser les nouvelles données de la firme BBM fournies par le PPM, le Portable People Meter, nouvel outil de mesure électronique (différent de l'audimètre), sorte de petit téléavertisseur que le téléspectateur choisi porte sur lui et qui enregistre les signaux encodés émis par les télédiffuseurs.

En principe, il n'y aurait donc plus l'année prochaine de ces grands sondages saisonniers, réalisés grâce à des cahiers d'écoute qu'on remplit à la main.

Cette nouvelle méthode apportera à moyen terme des changements dans les stratégies de programmation.

Car, actuellement, les grands réseaux concentrent essentiellement leurs émissions-vedettes pendant les quelques semaines habituellement sondées par BBM, pour profiter de l'effet des chiffres, bien sûr.

«Avec des données étalées sur 52 semaines, nous pourrons mieux étaler les productions, explique Raynald Brière, grand patron de TVA. Ainsi, nous aurions pu diffuser une émission comme Fortier en avril au lieu de février, parce que la demande des annonceurs est plus forte en avril qu'en février, mais février et mars étaient les périodes sondées par BBM.»