À voir à la télévision le mardi 11 mai - Vieux motard que jamais

Coincé entre l'autoroute 15, les boulevards Henri-Bourassa et de l'Acadie, Bordeaux-Cartierville est le quartier où se retrouvent les nouveaux immigrants. En effet, 90 % des gens qui y vivent ne sont pas d'origine québécoise.

Le milieu, pris dans le béton des autoroutes, est très défavorisé. Dans ce petit ghetto de 22 immeubles, soit 600 logements parfois insalubres, au sein d'un quartier bruyant qui ne compte ni parcs ni espaces de jeu, les jeunes ne connaissent que l'école et l'intérieur de leur appartement. De son côté, l'école est aux prises avec des enfants qui ont des comportements violents dans la cour de récréation et éprouvent des problèmes d'apprentissage dans leurs cours. Leur langue maternelle est rarement le français et ils peinent à se motiver. De plus, les gangs de rue ne sont pas rares, de même que la prostitution.

Il y a deux ans, les écoles ont réagi afin de prévenir ces fléaux. Elles ont engagé huit «agents de milieu», soit un par école. Le rôle de ces derniers est de servir de courroie de transmission entre l'école, les parents et le quartier.

Mais les jours de ces agents de milieu sont comptés. Il y a deux ans, c'était un projet-pilote. Le 30 juin, parce qu'ils ont perdu le soutien de l'État, ces agents devront se trouver un nouvel emploi. Aujourd'hui, ils cherchent du financement dans le privé: 600 000 $, c'est ce que coûtent pour une année huit agents de milieu. Que deviendront tous ces petits immigrants sans leur soutien?

En deuxième reportage: les «moto-boomers». Une mode s'impose de plus en plus: l'amour, pour ne pas dire la passion de la moto chez les baby-boomers. Malheureusement, les dernières statistiques démontrent qu'il y a aujourd'hui autant de motocyclistes âgés qui se tuent que de jeunes.

Enjeux

Radio-Canada, 20h