Une «rentrée exigeante, mais excitante» pour l’info à Radio-Canada

Céline Galipeau, Luce Julien, Patrice Roy, Anne-Marie Dussault et Sébastien Bovet lors de la présentation de la rentrée de l’information de Radio-Canada
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Céline Galipeau, Luce Julien, Patrice Roy, Anne-Marie Dussault et Sébastien Bovet lors de la présentation de la rentrée de l’information de Radio-Canada

En poste depuis huit jours, Luce Julien, première femme nommée directrice générale de l’information à Radio-Canada, a annoncé mercredi matin, lors du lancement de la saison 2018-2019 de l’info de Radio-Canada, qu’elle entreprenait un mandat de continuité.

« La grille était déjà attachée et je suis parfaitement à l’aise avec tout ce qui a été prévu, a-t-elle déclaré. Que ce soit à la télé, à la radio ou à RDI, il ne peut pas y avoir de renouvellement chaque année. Dans la première année, il n’y aura pas de révolution, mais au cours de mon mandat, on va se demander avec les équipes si l’on offre encore ce qu’il faut aux spectateurs, auditeurs et internautes. Au cours des prochains mois, notamment sur le numérique, on va faire différentes expériences, mais ma griffe va se jouer pendant la campagne électorale. »

Rappelons qu’en juin, Luce Julien a quitté son poste de rédactrice en chef au Devoir, où elle était en fonction depuis février 2016 après des années passées à Radio-Canada, afin de remplacer Michel Cormier, qui avait annoncé sa retraite en mars : « J’ai compris beaucoup plus les enjeux de la presse écrite. Cela dit, j’ai souvent répété que Le Devoir n’était pas un journal, mais un média. Nous partageons tous les mêmes défis, celui du numérique, des revenus publicitaires, de se distinguer des autres. Mon passage au Devoir m’a permis aussi d’avoir un regard très détaché par rapport à ce que Radio-Canada fait. »

« Je suis une obsédée des faits et je crois que la réputation d’un média repose sur sa rigueur, a-t-elle confié. Cette vision-là, je l’ai importée partout, je la porte en moi. Je porte aussi en moi l’importance de la discussion éditoriale, des échanges. Je crois que les marques fortes en information sont un rempart contre la désinformation. C’est pour ça qu’on a le défi d’aller rejoindre tous les publics, d’offrir une panoplie d’informations. La vérification des faits sera extrêmement importante. C’est primordial que le bulletin d’informations soit une référence, notamment durant la campagne électorale. »

Ma griffe va se jouer pendant la campagne électorale

Madame Julien a par ailleurs annoncé le lancement d’une application mobile à la fin du mois d’août qui va « refléter la puissance de l’info à Radio-Canada à temps pour les élections ». Puisque 75 % des Québécois s’informent via leur téléphone ou leur tablette, « il faut penser mobilité de plus en plus ». La prochaine campagne électorale provinciale, qui devrait se déclencher autour du 23 août, selon Sébastien Bovet, sera au coeur de toutes les plateformes. « C’est une rentrée exigeante, mais excitante », a assuré Luce Julien.

À la barre du Téléjournal du lundi au jeudi à 22 h, Céline Galipeau a confirmé que la formule magazine avait été conservée : « Il y aura plus de reportages plus longs sur de grands enjeux, l’équipe de journalistes a été renouvelée et nous allons aussi couvrir les élections au Nouveau-Brunswick ». Ainsi, Tamara Alteresco sera en poste à Moscou et Raphaël Bouvier-Auclair, à Washington. Ayant notamment couvert la commission Charbonneau, Sylvain Desjardins se joindra à l’équipe du Téléjournal.

Toujours en poste au Téléjournal de 18 h du lundi au vendredi, Patrice Roy aura aussi pour mandat d’animer le Grand débat des chefs 2018 le jeudi 13 septembre, à 20 h. Le débat sera également diffusé sur les sites de La Presse, du Devoir, du Huffington Postet du Groupe Capitales Médias. « C’est une énorme responsabilité que je prends au sérieux. Je souhaite rendre le plus clairement possible les différentes propositions de cette femme et de ces trois hommes », a dit Monsieur Roy.

À 24/60, sur RDI, Anne-Marie Dussault suivra de près la campagne électorale provinciale. Le fil conducteur sera « Peut-on faire de la politique autrement ? » à l’heure où les chefs sont moins populaires que leur parti. La journaliste animera également deux émissions spéciales pré et post-débat. Avouant un « petit faible pour Trump », Madame Dussault s’intéressera aussi aux élections de mi-mandat aux États-Unis.

Sur ICI Première, Michel C. Auger proposera à Midi info « de grands rendez-vous et des entrevues de fond » avec les chefs de parti. Chaque lundi, il recevra des représentants des partis pour un débat hebdomadaire. L’animateur a aussi promis de tenir compte des répercussions de la campagne en région.

Nouveautés à surveiller

Sur RDI, du lundi au vendredi, à 16 h, Sébastien Bovet animera Mordus de politique, titre inspiré d’un groupe Facebook, où l’on traitera non seulement de la campagne électorale provinciale, mais aussi de politique canadienne et de politique américaine, de manière « rigoureuse, pertinente, ludique et épicée ».

Enfin, sur la plateforme Rad, où l’on couvrira pour la première fois une campagne électorale, la journaliste Pasquale Harrison-Julien a annoncé qu’on proposera des contenus pour ceux qui « veulent connaître les bases de notre système politique afin de les amener à faire des choix éclairés, qu’ils votent ou non ».