Place au «D Magazine»

Chers lecteurs et lectrices, C’est avec beaucoup de fierté que nous vous présentons aujourd’hui notre toute première édition du D Magazine.

Ce magazine est l’aboutissement d’un projet qui nous tenait à coeur.

Réunir dans un même cahier, facile à consulter et à emporter avec soi, tous les contenus que vous retrouvez dans les cahiers Culture, Livres, Plaisirs et Agenda. Mais soyez rassurés, un seul cahier ne veut pas dire un contenu réduit, allégé. Au contraire, nous avons bonifié notre couverture de la culture, du livre et de la nouvelle section Vivre. La littérature y tient une place de choix. Le cahier Lire, détachable, au centre du D Magazine, conserve sa une et son identité propre.

Quelques mots sur le nouveau format du D Magazine. Nous l’avons voulu attrayant et agréable à lire. Nous avons donc confié à la designer de renommée internationale Lucie Lacava la conception de la maquette du D Magazine.

Certains se rappelleront peut-être l’extraordinaire mise à neuf de la maquette du Devoir sous sa baguette en 1993. Avec le D Magazine, elle signe une mise en page épurée qui met en valeur nos reportages et le travail de nos photographes.

Pour ce qui est du contenu, Le Devoir poursuit sa mission de révéler, de raconter et de faire apprécier la culture d’ici et d’ailleurs. Nos journalistes et collaborateurs qui se consacrent à ce secteur continueront de vous offrir entrevues, critiques, grands reportages, analyses, chroniques et angles originaux. Rien ne sera négligé.

Vous trouverez dans le D Magazine de nouvelles rubriques pour vous guider dans vos choix d’activités et de lectures. Servez-vous des coups de coeur de nos Flâneurs, des boulimiques de la scène culturelle pour inspirer vos propres sorties.

Nous avons également pensé aux amateurs de séries télé ou sur le Web, auxquelles nous consacrerons une couverture.

Et puisque la culture, c’est aussi s’évader, notre nouvelle section Vivre vous présentera des reportages sur le voyage, des escapades en région et des sorties de plein air. Nous aurons le souci de mieux vous informer sur vos droits de voyageurs, de citoyens ou de consommateurs et de vous donner plus d’outils afin de faire de meilleurs choix. Nous parlerons également d’alimentation, de santé et de bien-être. Nous serons davantage à l’affût des tendances qui émergent dans ce secteur. Les rubriques resto et vin seront dorénavant publiées le samedi.

Pour ceux qui aiment s’amuser avec la langue, nous avons une nouvelle section « Mots de tête ». Des jeux de mots divers et une grille des férus qui sauront sans aucun doute vous divertir.

Le lancement du D Magazine est aussi l’occasion de repenser la présentation de nos contenus dans l’édition du Devoir du samedi et de renforcer notre couverture journalistique.

Vos nouvelles économiques se retrouveront désormais dans le cahier A, qui inclura toutes les actualités : les nouvelles générales, internationales, culturelles, économiques et sportives.

Le cahier Perspectives, fort apprécié de nos lecteurs, reste un lieu de réflexion et de confrontation des idées. Nous estimons important de revenir sur les événements significatifs de l’actualité de la semaine avec nos chroniqueurs et des textes d’analyse en profondeur. Notre dossier du samedi, où nos reporters creusent une question d’actualité sous divers angles, y trouvera une place de choix.

Enfin, nous espérons sincèrement que tous ces changements agrémenteront votre lecture du Devoir du samedi et que vous en serez mieux informés.

Je salue le travail de tous mes collègues qui ont travaillé d’arrache-pied ces dernières semaines à imaginer et à livrer ce nouveau magazine. Sans eux, le D Magazine n’aurait pas vu le jour.

Chers lecteurs et lectrices, le D Magazine est maintenant à vous. Nous attendons impatiemment vos commentaires.


Pour votre édition tablette

Le contenu bonifié du nouveau D Magazine se retrouve en totalité dans votre édition tablette du samedi, décliné à travers les sections Culture, Cinéma, Lire, Vivre et leurs sous-sections respectives. Dès cette semaine, vous trouverez également le samedi des articles et rubriques publiés auparavant le vendredi: vitrines du disque, critiques resto et vin, ainsi que les choix de vins de la semaine de notre collaborateur Jean Aubry.

3 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 18 novembre 2017 12 h 00

    Une première impression

    Vous voulez nos commentaires ?

    Pour l’instant, je n’ai que feuilleté le Magazine D. Et je suis tout simplement stupéfait. Non seulement la réorganisation de vos cahiers est logique mais je ne peux pas croire que de semaine en semaine vous abattarez une telle somme de travail pour nous offrir un contenu aussi volumineux et aussi intéressant dans le Magazine D.

    Il y a une petite voix en moi qui dit : oh, ils y travaillent depuis des semaines. Bientôt, ils se calmeront. Cela ne peut pas continuer.

    J’espère que cette petite voix pessimiste et calomnieuse a tort et que l'édition du samedi du Devoir continuera d’être à la fois un quotidien et un magazine culturel de haut niveau.

    Et même si cette petite voix a raison, merci pour ce magnifique premier numéro du Magazine D. J’apprecie le travail colossal que vous avez effectué pour nous le présenter.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 19 novembre 2017 16 h 01

      Une dernière impression : tu très beau travail. Il est impossible de ne pas y trouver quelque chose d’intéressant. Merci.

  • Alain Gaudreault - Abonné 19 novembre 2017 11 h 28

    Le DEVOIR annonce le déclin de la télévision

    Très beau cahier. Mais que sont devenues les grilles horaires, incitatives hebdomadaires d'achat de la version papier et à la traine des tables de salon la semaine durant? Disparus les canaux Série+, Addik, D, CinéPop, Vie, Max, VRAK, Évasion, et autres, tous constituants de notre paysage télévisuel. Pour LeDevoir, la culture de la télévision au Québec est désormais vision restreinte, paysage embrouillé, neige dans l'écran. OH! Il y a bien de courts textes couvrant quelques émissions, mais toutes choisies en fonction de l'aspect «culturel» de leur contenu: la musique (Barbara, Rumble), la littérature (Anne, Agatha, les SuperHéros). Les chaines spécialisées québécoises n'ont qu'à bien se tenir pour mettre en valeur leurs contenus, face aux Netflix dérivés du cinéma - encore la «culture » - et qui séduisent ceux qui dictent désormais ce que doit être la «culture télévision». Pour le «bien commun» de ses lecteurs, Le D Magazine a éclipsé le Canal D!