Une publicité projetée sur les murs de la tour de Radio-Canada

Une publicité des Producteurs de lait du Québec a été projetée lundi soir sur un des murs extérieurs de la grande tour de Radio-Canada, à Montréal.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Une publicité des Producteurs de lait du Québec a été projetée lundi soir sur un des murs extérieurs de la grande tour de Radio-Canada, à Montréal.

Une publicité des Producteurs de lait du Québec a été projetée lundi soir sur un des murs extérieurs de la grande tour de Radio-Canada, à Montréal, une première soulevant l’inquiétude du Syndicat des communications du diffuseur (SCRC) qui craint que l’image de neutralité du service public risque « d’être écornée ». La direction quant à elle dit avoir approuvé la publicité car il s’agissait d’un « produit sain ».

C’est la première fois que Radio-Canada permet à un tiers parti d’utiliser ses murs pour de la publicité. Les employés de Radio-Canada ont été avisés par courriel il y a quelques jours de la campagne publicitaire, qui consiste à projeter un verre de lait sur une portion de la façade de l’édifice faisant face au centre-ville de Montréal, entre le huitième et le seizième étage.

La projection, précise Julie Gélinas, directrice marketing des Producteurs de lait du Québec, ne devait avoir lieu que lundi soir, de 17 h 15 à 20 h 15. Elle s’intègre dans une campagne qui veut encourager la consommation de lait pour compenser la perte de vitamine D qui suit le changement d’heure. « Il n’y a pas de slogan, c’est juste l’imagerie iconographique du verre de lait », précise Mme Gélinas.

« Il ne s’agit pas là d’une banale publicité diffusée sur les ondes de Radio-Canada, a plutôt estimé la présidente du SCRC, Johanne Hémond, dans une note interne. Utiliser la tour pour une campagne publicitaire projette l’image d’une adhésion de Radio-Canada à une campagne commerciale aux yeux de l’opinion. »

La missive syndicale — le SCRC n’avait pas rappelé Le Devoir au moment d’écrire ces lignes — précise même que des employés travaillant à certains étages avaient dû « baisser les stores de leur fenêtre de bureau afin que la projection soit réussie ».

Dans une réponse par courriel, la direction de Radio-Canada a expliqué au Devoir avoir « approuvé cette initiative dans la mesure où elle ne fait pas la promotion d’une marque commerciale, mais d’un produit sain et qu’elle n’entraîne aucun inconvénient pour les activités du diffuseur public à Montréal », indique Marie Tétreault, chef de la promotion Information télévision à ICI RDI et projets spéciaux.

C’est l’équipe Créativité média de Radio-Canada qui a proposé les murs de la tour du diffuseur public aux Producteurs de lait du Québec. « Leur mandat est certainement d’accroître les revenus publicitaires, dit Julie Gélinas. Nous, si cette plateforme-là nous est proposée comme annonceur, bien sûr on réfléchit à savoir si c’est un investissement qui est pertinent. »

Johanne Hémond, du SCRC, estime que Radio-Canada ne « semble pas s’inspirer de son propre Code de conduite », auquel les employés doivent se plier lors des enjeux de conflit d’intérêts. « L’image de neutralité du service public ne risque-t-elle pas d’être écornée en s’associant ainsi à une campagne commerciale ? » s’interroge-t-elle.

Radio-Canada déménagera ses installations et ses 3000 employés de la grande tour en 2020. Déjà, la construction de la nouvelle Maison de Radio-Canada est entamée. L’édifice sera installé sur la partie est de son site actuel, près de la rue Papineau.

La tour actuelle a été vendue au Groupe Mach, qui prévoit notamment de la transformer en immeuble de bureaux. L’entreprise envisage aussi dans les prochaines années la construction de bâtiments résidentiels sur les terrains de stationnement.

3 commentaires
  • Denis Paquette - Abonné 7 novembre 2017 08 h 22

    Une menace pour le Canada et vive maintenant Netflix

    bizarre que les services de production les plus efficaces jamais vues se retrouvent quelques années plus tard, mis au rencard, représentaient-ils une trop grande menace a l'orgueuil de Pierre Éliotte pere, je serais porté a le croire, combien de millions seraient alors dilapidés en pures pertes, peut être étaient-ils une menace pour le Canada

  • Sylvain Auclair - Abonné 7 novembre 2017 09 h 45

    Changement d'heure et vitamine D?

    Comme les journées raccourcissent, heure normale et fausse heure avancée, on est tout autant exposé au soleil. Ce sera le matin plutôt que l'après-midi, c'est tout. De toute manière, avec l'angle du soleil et vu les vêtements qu'on doit porter, on ne produira pas naturellement de vitamine D. Faudra compter sur nos réserves estivales. Lait artificiellement enrichi de vitamine D ou pas

  • André Côté - Abonné 7 novembre 2017 09 h 51

    La publicité envahissante

    Bientôt, j'ai peur qu'on m'offre d'afficher de la publicité devant et derrière ma résidence, tellement elle est envahissante. Il n'y a plus un coin ou un recoin de notre quotidien où on nous laisse la sainte paix; penser par soi-même, voir autre chose qu'une affiche publicitaire peu importe où porte notre regard. Quand vous n'avez plus d'espace privé dans votre quotidien, on ne parle plus de publicité mais de conditionnement. Dorénavant, l'édifice en question ne sera plus celui de Radio-Canada, mais celui où on annonce le lait. Les édifices, les endroits publics n'ont plus de nom si ce n'est celui d'un publicitaire. Et encore, je ne parle pas des journaux, de la télévision, des téléphones cellulaires, d'Internet et quoi encore. Je propose un congé général de publicité, une fois par semaine, pour retrouver notre "nous-mêmes".