«La science, c’est ce qui change nos sociétés»

Même si l’animateur part dans un mois, son émission «Les années lumière» restera en ondes.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir Même si l’animateur part dans un mois, son émission «Les années lumière» restera en ondes.

«Les gens ont parfois une vision un peu bizarre de la science, comme si c’était un petit univers qui flotte au-dessus de nous, avec des gens à part. Or, ce n’est pas ça. La science, c’est ce qui change nos sociétés », lance Yanick Villedieu. Le vétéran animateur a beau offrir sa dernière émission des Années lumière à ICI Radio-Canada Première le 2 juillet, sa passion pour la science ne semble pas avoir vacillé d’une nanoparticule en quelque 40 ans de métier.

Et ne cherchez pas de traces d’amertume ou de frustration chez lui. On a beau le questionner, l’homme de 70 ans quittera la société d’État heureux, et surtout avec le désir de continuer à parler de science. C’est ce qu’il se promet de faire, entre autres à travers des livres, ce qu’il a déjà fait quelques fois au fil des dernières années.

Yanick Villedieu, qui a débuté dans le métier comme journaliste généraliste, a écrit ses premiers articles scientifiques pour le magazine Québec Science en 1973. La publication lui avait offert d’écrire deux dossiers, un sur ce qu’on appelait à l’époque les maladies vénériennes, et l’autre sur l’alcoolisme.

Comme disait Languirand, il y a quelque chose de “tripatif” dans la science. Fernand Seguin disait aussi que la science, c’est aussi fait pour rêver.

 

« Je suis arrivé là-dedans par hasard, et j’ai tout de suite été fasciné, raconte Villedieu, de la même voix rassurante avec laquelle il nous accompagne depuis 35 ans à la radio. Parce que c’est à la fois des problèmes biologiques, physiologiques — ce que fait la particule d’alcool sur le foie —, mais aussi des problèmes sociaux, psychologiques. »

Il plongera tête première dans cet univers, d’abord le temps de deux saisons pour l’émission télé Science réalité à Radio-Canada, puis dès 1982 à la radio, à Aujourd’hui la science, devenue Les années lumière.

Ancré dans la société

Cette idée d’imbrication de la science dans la société est au centre de la pensée de M. Villedieu. Il donne l’exemple des deux grands dossiers qui ont pavé sa carrière : le sida et les changements climatiques. « Avec le sida, dans les années 1980, on était au coeur d’un drame humain et d’un projet scientifique fabuleux, c’était un bouillonnement incroyable dans un contexte dramatique. On n’est pas en dehors de la société quand on traite de ça. »

Même chose pour le dérèglement du climat, dont les premiers signes étaient plutôt techniques, « mais qui est devenu la question que l’on connaît aujourd’hui. Je ne me sens pas à part quand je fais de la science ».

L’animateur souligne d’ailleurs que Les années lumière se décrivait comme un magazine d’actualité et de culture scientifique, où les grands enjeux prenaient une place de choix, aux côtés des découvertes plus techniques.

Un métier de passionnés

Même si rien n’est parfait, M. Villedieu est plutôt satisfait de la place que prennent les sujets scientifiques dans les médias — « Le Devoir fait du très bon boulot, La Presse en parle, Radio-Canada a une émission de radio et de télé » —, soulignant aussi qu’ils trouvent aussi leur place par la bande, lors que l’actualité soulève des enjeux globaux aux racines scientifiques, comme ce qui relève de la technologie et de la santé.

Il estime toutefois, sourire en coin, que les journalistes, souvent issus des sciences humaines ou politiques, devraient maîtriser davantage les enjeux scientifiques.

« Je dis souvent, en caricaturant, que si tu es journaliste et que tu dis que tu ne comprends rien au Moyen-Orient, ou que tu ne sais pas c’est quoi la chicane en Israël, t’as l’air d’un twit pas mal. Mais si tu dis que tu ne comprends pas les affaires élémentaires en science, ça fait presque chic. »

Il voit chez ses confrères le reflet de la situation dans la population en général, où la science fait encore peur. Cela dit, il voit beaucoup de bouillonnement du côté de l’Association des communicateurs scientifiques du Québec, lui donnant bon espoir pour la suite.

Transmettre la passion

De l’avis de Yanick Villedieu, parler de science n’a rien d’une tâche ardue, car le milieu des chercheurs en est un de passionnés, et il suffit de montrer son intérêt et son désir de comprendre pour que les scientifiques s’emballent sous le micro des journalistes.

« Ils travaillent souvent des années sur un tout petit détail, mais ce sont des gens qui aiment ce qu’ils font, explique le communicateur. J’ai interviewé quelque chose comme 3000 scientifiques dans ma carrière, et j’ai toujours eu un accueil extraordinaire. »

En plus, c’est un domaine où les rivalités sont fortes, où la compétition est « extrême ». « Il n’y a pas de deuxième en science, il y a juste un premier », résume M. Villedieu.

Récit et défi

Au fil de sa carrière, le futur retraité a adoré se servir du canal radiophonique pour creuser ses sujets, même si à première vue les particularités de ce médium peuvent rendre le défi encore plus grand.

« J’aime toujours dire qu’un mot vaut mille images, rigole Villedieu. Nous, on a juste la parole. On fait parler des scientifiques, c’est ça qui est important, ce sont eux qui racontent l’histoire. »

Et des récits, il y en a en science, croit-il. Ne serait-ce que de raconter l’histoire d’une découverte, ou même relater les tensions que peuvent générer les congrès scientifiques. « Il faut aller là pour voir les empoignades entre chercheurs, c’est toujours très radiophonique une chicane, une engueulade ! »

L’animateur estime même que la radio permet d’aborder des sujets complexes, comme la masse manquante de l’univers, ce qui est plus ardu en télévision ou en documentaire filmés, où sans images, il n’y a souvent pas de sujet.

Si M. Villedieu part dans un mois, son émission Les années lumière restera en ondes. Son remplaçant n’a pas encore été choisi, et devrait être annoncé avant la prochaine saison. Il est par ailleurs heureux que Radio-Canada n’ait pas profité de son départ pour retirer l’émission.

« Comme disait Languirand, il y a quelque chose de “tripatif” dans la science. Fernand Seguin disait aussi que la science, c’est aussi fait pour rêver. Connaître la structure à grande dimension de l’univers, c’est sûr que ça ne change pas notre vie quotidienne, mais ça fait partie de notre humanité. »

4 commentaires
  • Bernard Terreault - Abonné 3 juin 2017 09 h 50

    Bravo

    La science c'est aussi une partie de la culture. J'ai été scientifique ET mordu de littérature et d'architecture. Pourquoi certains intellos n'ont-ils pas fait l'effort d'avoir une compréhension minimale de l'Univers, de la technologie, du monde vivant y compris leur propre corps? Après tout, certains des plus grands, Pascal, Descartes n'ont-ils pas été les deux? Diderot et Kant, entre autres, n'avaient-ils pas une admiration sans borne pour la science sans en être des "pros"? La plupart des Prix Nobel de physique étaient des mordus de musique et de philosophie.

  • Jean-Henry Noël - Abonné 3 juin 2017 12 h 25

    Les dérapages

    Il y a aussi les dérapages de la science et des médias profanes qui transmettaient les interprétations non fondées de la science. Un seul exemple. Lors de la crise du SIDA, la science a été incapable de viser juste et les Haïtiens, tous les Haïtiens, ont été stigmatisés. Moi (PhD, Biochimie) scientifique inconnu, j'en ai discuté avec mon ami, J. Dreyfus, MD, et je lui ai dit que les SIDA est une maladie vénérienne si vous préférez une infection transmise sexuellement ou par le sang contaminé. Combien d'Haïtiens ont souffert de ces méprises ? Ils en portent encore des séquelles.

  • Célia Moréno - Abonnée 3 juin 2017 22 h 14

    Célia Moréno

    Merci un million de fois, cher Yanick Villedieu pour avoir partagé au fil des semaines, pendant toutes ces années, votre goût des sciences, de toutes les sciences...
    J'ai adoré votre émission que je ne manquais que très exceptionnellement.
    Nous sommes nombreux à qui vous allez sérieusement manquer... Mais je comprends que vous ayez largement mérité le droit de prendre du temps pour vous et d'être encore présent ... par l'écriture. Bonne retraite, Yanick Villedieu!!!

  • Claude Coulombe - Abonné 4 juin 2017 21 h 50

    Merci à un grand vulgarisateur!

    Merci à M. Villedieu dont j'écoute toutes les émissions en balladodiffusion (podcast) depuis des années...

    Merci d'avoir partagé avec nous les grands moments de notre science contemporaine, les étonnantes découvertes, les exploits de nos chercheurs québécois, et les dossiers bien montés sur des questions de santé ou d'environnement. Merci aussi pour votre implication dans la vulgarisation de la science, la promotion de la rationalité et de l'esprit critique. Bonne retraite active et au plaisir de vous lire!

    Scientifiquement vôtre