Québec protestera auprès du «Washington Post»

Le texte est paru le 1 février dans le «Washington Post».
Photo: Paul J. Richards Archives Agence France-Presse Le texte est paru le 1 février dans le «Washington Post».

Le gouvernement Couillard protestera contre un commentaire publié dans le Washington Post la semaine dernière.

Contrairement à la Chambre des communes à Ottawa, le Québec a en effet décidé d’agir contre une diatribe parue dans ce quotidien quelques jours après l’attentat meurtrier dans une mosquée de Québec, qui a fait six morts et plusieurs blessés.

Le commentaire en question, écrit par le polémiste vancouverois J.J. McCullough, concluait que le Québec était plus raciste que le reste du Canada.

 

Mercredi midi, l’Assemblée nationale a condamné à l’unanimité, dans une motion présentée par l’opposition officielle, le texte d’opinion en demandant au gouvernement de rectifier ces propos « tenus à l’encontre du peuple québécois ».

À la sortie de la séance du conseil des ministres, mercredi après-midi, la ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, a fait savoir que le gouvernement allait donner suite à la motion.

Une lettre officielle sera transmise au Washington Post pour exprimer le « malaise » et le « désaccord » du gouvernement, a indiqué l’attachée de presse de la ministre, Ann-Clara Vaillancourt. La lettre était encore en cours de rédaction en après-midi et on ignorait encore qui allait la signer au gouvernement. La semaine dernière, les Communes à Ottawa ont refusé de débattre d’une motion du Bloc québécois qui condamnait les propos jugés haineux de J.J. McCullough.

Dans son commentaire paru le 1er février et intitulé « Why does “progressive” Quebec have so many massacres ? », l’auteur affirme que la majorité des tueries survenues au Canada avaient eu lieu au Québec, en énumérant notamment le massacre de Polytechnique, la tuerie de Marc Lépine au Parlement ainsi que les gestes de Valery Fabrikant, de Kimveer Gill et de Richard Henry Bain.

J.J. McCullough fait état de l’histoire sombre du Québec, « teintée d’antisémitisme, de fanatisme religieux, de sentiment profasciste », ce qui en fait un lieu « inhospitalier, arrogant et sensiblement plus raciste que le reste du Canada ». En fin d’après-midi mercredi, il a persisté et signé en déclarant que cette motion n’allait que l’encourager à poursuivre dans la même voie. « Attention Quebec politicians : Please note how this is just encouraging me more », a-t-il écrit sur Twitter.

À voir en vidéo