Nouvelle vague de mises à pied au «Toronto Star»

L’annonce de mardi affecte 22 employés réguliers, incluant 19 personnes à la rédaction, selon l'éditeur par intérim du quotidien.
Photo: Eduardo Lima La Presse canadienne L’annonce de mardi affecte 22 employés réguliers, incluant 19 personnes à la rédaction, selon l'éditeur par intérim du quotidien.

Un an après le lancement de son édition tablette, le Toronto Star a annoncé mardi une nouvelle vague de compressions budgétaires et la mise à pied d’une soixantaine d’employés, dont plusieurs travaillaient à l’élaboration de cette édition électronique gratuite.

L’annonce de mardi, qui tombe alors que de nombreux employés sont encore en vacances, affecte « 22 employés réguliers, incluant 19 personnes à la rédaction », indique l’éditeur par intérim du Star, David Holland.

« De plus, 26 employés temporaires nous quitteront au cours des prochains mois, pour la plupart à l’oeuvre dans nos activités tablettes. » Le plus important quotidien au pays avait déjà procédé à de nombreuses mises à pied en janvier, en plus de confier à des fournisseurs externes l’impression de son édition papier et ses services informatiques.

 
Un lent démarrage
 

Le Star avait lancé en grande pompe l’an dernier le Star Touch, son édition tablette quotidienne qui s’appuie sur la technologie développée pour La Presse +, l’édition tablette de La Presse, gratuite elle également.

Fin juillet, M. Holland avait révélé que de 55 000 à 60 000 lecteurs utilisent l’application chaque semaine, et lui consacrent entre 25 et 30 minutes par jour. « Cela ne démarre pas aussi rapidement que nous l’aurions espéré, mais nous croyons toujours que ça pourrait être une partie importante de notre avenir », avait-il déclaré.

Il a réaffirmé à nouveau mardi sa volonté de poursuivre la publication de l’édition tablette. « Bien que notre auditoire ne corresponde pas, pour l’instant, à ce que nous espérions, Star Touch a développé un lectorat hautement engagé et fidèle », a-t-il indiqué mardi.

L’éditeur Torstar avait fait état en juillet d’une perte plus importante pour son deuxième trimestre. La société mère de plusieurs journaux a affiché une perte de 23,9 millions.