Guy et Véronique Cloutier veulent faire fermer une station de radio de Québec

Québec — Le producteur Guy Cloutier et sa fille Véronique vont tenter cette semaine de convaincre le CRTC de fermer la station de radio CHOI-FM de Québec pour faire taire l'animateur-vedette Jeff Fillion, qui ne ménage pas ses propos à leur endroit.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), qui a entrepris des audiences hier à Québec, entendra demain la demande de renouvellement de la licence de CHOI-FM, ce à quoi s'opposent Guy et Véronique Cloutier.

Par la voix de leurs avocats André Blanchet et Hickson Noonan, les deux personnalités demandent au CRTC de ne pas reconduire le permis de cette station de radio, invoquant les propos «vulgaires et grossiers» et «les attaques personnelles», dont ils font l'objet à l'antenne de la station de Genex Communications Inc.

À l'appui de la requête, le document soumis au CRTC recense une série d'insultes proférées en ondes contre M. et Mme Cloutier au cours des derniers mois, des propos qualifiés de «grossiers et vulgaires», qui «vont à l'encontre du Code de déontologie de CHOI-FM et des conditions imposées par le CRTC».

Le CRTC a reçu plusieurs plaintes contre la station CHOI-FM, et il y a deux ans il avait renouvelé la licence de la station pour une période très limitée, en exigeant qu'elle se conforme à un Code de déontologie.

Le Conseil de presse du Québec, lui, interviendra également cette semaine sur cette question, mais il ne souhaite pas que «le couperet tombe sur CHOI-FM».

«On n'est pas des curés. On ne jouera pas à ça», a dit le secrétaire général du Conseil de presse, Robert Maltais. «Que CHOI-FM critique ou conteste des politiques ou des événements sur ses ondes, il n'y a aucun problème. Mais il faut que cela se fasse dans le respect» a-t-il indiqué.

Le Conseil de presse a également reçu des dizaines de plaintes contre Jeff Fillion et son collaborateur André Arthur, qui intervient chaque matin à l'émission matinale de CHOI-FM par l'entremise de sa station CKNU de Donnaconna, également propriété de Genex. Selon Robert Maltais, les deux animateurs «tombent dans la désinformation [...] On dirait que des valeurs comme le respect, l'honnêteté et la vérité sont devenues désuètes».

Le CRTC, dit-il, ne peut plus compter uniquement sur la bonne foi des stations de radio et doit dorénavant s'assurer lui-même du respect des normes déontologiques qu'il impose.

Le président et directeur général de Genex, Patrice Demers, prétend que les dénigreurs de la station citent de façon «hors contexte» les propos de ses animateurs.