CKAC est de nouveau à vendre

À trois jours de l'audience du CRTC qui devait étudier cette transaction, la vente de CKAC et du réseau Radiomédia est annulée: en effet, l'éditeur Gaëtan Morin retire son offre. Au réseau Radiomédia, c'est avec stupéfaction qu'on a appris cette nouvelle hier matin.

En septembre dernier, le groupe Astral avait reçu une offre d'achat de 12 millions de l'éditeur Gaëtan Morin et de Sylvain Chamberland, directeur général de CKAC, pour acheter conjointement les sept stations AM du réseau Radiomédia ainsi que la station CFOM-FM de Lévis.

C'est Gaëtan Morin qui avait mis tout l'argent sur la table, et il devait contrôler 80 % de la nouvelle entreprise. Sylvain Chamberland en contrôlait 20 % mais devait agir comme principal dirigeant.

Hier, la direction de CKAC refusait de commenter cette nouvelle situation, mais il semble que Gaëtan Morin cherchait depuis un certain temps à faire baisser le prix de vente alors qu'Astral refusait. On faisait valoir que la valeur de Radiomédia avait diminué à cause du départ annoncé de Paul Arcand, l'animateur-vedette qui doit se joindre dans les prochains mois au nouveau 98,5 FM de Corus, à Montréal. Le départ tout récent de Jean Lapierre, l'autre vedette du réseau, aurait porté le coup final.

Selon d'autres informations, Gaëtan Morin, un homme qui n'accorde aucune entrevue et qui mène ses affaires discrètement, n'appréciait pas de voir ses finances analysées publiquement devant le CRTC à compter de la semaine prochaine.

Le CRTC devait en effet analyser la transaction à compter de lundi dans le cadre d'une audience publique de plusieurs jours à Québec. (L'audience aura lieu parce que d'autres sujets sont à l'ordre du jour, dont le renouvellement de plusieurs stations de télévision régionales au Québec et celui du permis de CHOI-FM de Québec, la station de radio de Jeff Filion.)

Retour à la case départ pour Astral, donc, qui aura probablement de la difficulté à vendre les stations au même prix. Dans l'offre d'achat de 12 millions, la station CFOM-FM valait quatre millions, et les sept stations AM (CKAC Montréal, CJRC Gatineau, CKRS Saguenay, CHLT Sherbrooke, CHLN Trois-Rivières, CKTS Sherbrooke et CHRC Québec) valaient huit millions au total. À Québec, CHRC demeure lourdement endettée.

Le duo Chamberland-Morin voulait relancer la bande AM avec un réseau entièrement axé sur l'information. Leur plan déposé au CRTC prévoyait l'embauche de nouveaux journalistes à Québec, Gatineau et Trois-Rivières tout en promettant d'accroître les budgets à l'information ailleurs. Le plan prévoyait également une importante synergie entre la station CFOM-FM et CHRC-AM à Québec afin de sauver cette dernière.

Dans son mémoire remis au CRTC, le Syndicat des employés de CKAC (SCFP) écrivait que «le plan de développement proposé nous semble l'un des meilleurs à avoir été présentés au conseil depuis de très nombreuses années». Cependant, le syndicat ne cachait pas ses «inquiétudes quant à la capacité financière des acheteurs de mettre en oeuvre le plan de relance proposé».

Le beau programme de Chamberland-Morin avait subi un sérieux revers lorsque l'entreprise canadienne-anglaise Corus avait annoncé, avant les Fêtes, qu'elle transformait sa station COOL-FM de Montréal en une nouvelle station de «FM parlé», plus ou moins copiée sur CKAC, avec Paul Arcand devant s'y joindre lorsque son contrat avec CKAC sera terminé. (Corus est dirigée au Québec par Pierre Arcand, le frère de Paul Arcand.)

En 2002, Astral avait mis la main sur le réseau Radiomédia dans le cadre d'une grande transaction qui lui avait permis d'acheter une vingtaine de stations de radio du groupe Télémédia au Québec et dans les Maritimes.

Avant d'entériner cette vente, le CRTC avait d'abord demandé à Astral de revendre CFOM-FM pour des raisons de concurrence.

Puis, à la suite des craintes manifestées par un autre organisme fédéral, le Bureau de la concurrence, en ce qui concernait une trop grande concentration publicitaire, Astral avait accepté de revendre les sept stations AM de Radiomédia, conservant en son sein les deux réseaux FM très lucratifs que sont Rock-Détente et Énergie.

Astral avait d'abord trouvé un premier acheteur pour Radiomédia, soit TVA (Quebecor). Mais le CRTC a refusé cette transaction, évoquant une trop grande concentration des médias au sein de l'empire Quebecor.

Astral avait donc repris le bâton du pèlerin pour conclure, il y a quelques mois, une nouvelle vente auprès du duo Chamberland-Morin.

Il semble qu'au cours de ce processus, Astral ait également reçu une proposition d'achat de la part de Gesca. On ignore si Gesca serait encore sur les rangs pour faire une nouvelle offre. Il semble par ailleurs que Jean-Pierre Rancourt et Richard Desmarais, les éditeurs de l'ancien Allô Police, pourraient se manifester comme d'éventuels acheteurs. Selon nos informations, Sylvain Chamberland serait toujours intéressé à diriger Radiomédia, mais il lui faut évidemment trouver un nouveau partenaire financier.