En bref: Journalistes et témoins

Au moins deux journalistes, dont la reporter du Ottawa Citizen dont la maison a été fouillée par la Gendarmerie royale, pourraient bientôt devoir répondre aux questions de la commissaire à la protection de la vie privée à propos de l'affaire Maher Arar.

Un enquêteur du Commissariat à la vie privée a dit à la journaliste Juliet O'Neill, début janvier, qu'on lui demanderait d'assister à une rencontre au sujet des fuites survenues dans l'affaire Arar. Le même enquêteur a aussi communiqué avec Joy Malbon, journaliste pour CTV. La commissaire Jennifer Stoddart peut convoquer des témoins, faire prêter serment et exiger la production de preuves si des personnes refusent de coopérer avec ses enquêteurs. Un avocat représentant le Citizen a dit espérer que la commissaire à la vie privée n'oblige pas Mme O'Neill à témoigner. «Chercher à identifier sa source confidentielle constituerait une atteinte à la liberté de presse, et nous nous y opposerons», a-t-il dit.