Les intentions du fédéral se précisent

La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne La ministre du Patrimoine, Mélanie Joly

La promesse libérale d’augmenter l’enveloppe annuelle de Radio-Canada/CBC sera honorée dans le budget déposé le 22 mars, assure la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly.

Par contre, la hausse annoncée de 150 millions se fera en deux temps. Le diffuseur recevra 75 millions en 2016-2017, puis 150 millions en 2017-2018 et les deux années suivantes.

« Nous sommes engagés à réinvestir dans Radio-Canada/CBC en deux temps, pendant une première année et une seconde », a résumé Mme Joly dans une entrevue accordée à l’émission de radio de la CBC On the Coast, enregistrée à Vancouver.

Elle a précisé que cette progression budgétaire était annoncée dans la troisième et dernière version du programme libéral. Le gouvernement Harper a comprimé de 115 millions le budget du diffuseur public en 2012.

Le document libéral ajoute que le programme de promotion des arts à l’étranger, ainsi que l’ONF et Téléfilm Canada vont d’abord recevoir 10 millions de plus, puis 25 millions supplémentaires par année pour le reste du mandat. De même, toujours selon le programme libéral, le Conseil des arts du Canada verra son enveloppe annuelle augmenter de 90 millions cette année, puis de 180 millions dans le cadre des trois autres budgets.

Consultations

Il n’a pas été question de ces promesses dans l’échange avec Mme Joly. Par contre, elle a ajouté que son ministère allait lancer une série de consultations pour comprendre comment RC/CBC pouvait négocier le virage numérique. Elle a aussi évoqué la nécessité d’adapter la Loi sur les télécommunications, qui date de trois décennies, soit d’avant la grande numérisation.

« Nous croyons fermement en l’importance de notre diffuseur public, écrit au Devoir Pierre-Olivier Herbert, attaché de presse de la ministre. Toute démarche de réinvestissement sera faite de concert et en consultation avec le radiodiffuseur et la communauté artistique et culturelle. Ceci nous permettra d’appuyer CBC/Radio-Canada dans ses efforts vers un virage numérique et dans son adaptation quant aux nouvelles réalités du marché. »

M. Herbert précise que les « larges consultations » à venir porteront sur « les effets du virage numérique sur le monde des médias, du milieu de la production et du milieu de la création ».