Luce Julien nommée rédactrice en chef au «Devoir»

Luce Julien en compagnie du directeur du «Devoir», Brian Myles
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Luce Julien en compagnie du directeur du «Devoir», Brian Myles

Signe que les temps changent, Le Devoir a recruté en dehors de la sphère traditionnelle de l’imprimé sa nouvelle rédactrice en chef, Luce Julien. Elle accompagnera Le Devoir dans la poursuite de son virage numérique.

Mme Julien a passé les 23 dernières années de sa carrière à Radio-Canada, un média qui, tout comme Le Devoir, fait de la recherche d’une information de qualité sa principale mission. Luce Julien était jusqu’à l’an dernier la première directrice nouvelles multiplateformes et information numérique à Radio-Canada. Elle dirigeait la rédaction numérique et était responsable de la stratégie numérique du service de l’information.

Auparavant, elle a occupé les fonctions de première directrice à RDI, directrice des nouvelles et actualités et rédactrice en chef des nouvelles à la radio de Radio-Canada. Elle oeuvre dans le domaine de l’information depuis près de 30 ans. On lui doit la création d’émissions fort appréciées du public telles que 24/60, RDI économie et Les ex.

Gestionnaire de talent, Mme Julien est à l’affût des nouvelles tendances dans l’industrie des médias. Elle a démontré des aptitudes exceptionnelles dans la gestion du changement, aussi bien à la radio et à la télévision qu’au numérique.

L’embauche de Luce Julien n’annonce pas la fin du papier au Devoir, bien au contraire. Le Devoir continuera d’offrir un journal imprimé de qualité à ses fidèles lecteurs, six jours sur sept. Comme tous les autres médias, Le Devoir ne peut faire l’économie d’un virage numérique. Il doit élargir son lectorat et augmenter son achalandage sur ses diverses plateformes. Pour recruter et fidéliser de nouveaux lecteurs, Le Devoir doit offrir des contenus adaptés à chacune de ses plateformes. Il doit également accroître sa présence sur les téléphones intelligents, qui sont en voie de devenir la principale source d’information d’un citoyen sur deux.

Luce Julien entrera en fonction le lundi 22 février. Son expertise dans la gestion d’une salle de rédaction quotidienne et sa connaissance des médias numériques viendront enrichir notre équipe. C’est la personne tout indiquée, dans un monde en mutation, pour occuper le poste névralgique de rédactrice en chef du Devoir.

9 commentaires
  • Jean Lapointe - Abonné 16 février 2016 06 h 37

    C'est quoi une informationd de qualité ?

    «Mme Julien a passé les 23 dernières années de sa carrière à Radio-Canada, un média qui, tout comme Le Devoir, fait de la recherche d’une information de qualité sa principale mission.» (Brian Myles)

    Encore faudrait-il savoir ce que monsieur Myles entend par «information de qualité».

    C'est que Radio-Canada a été et est toujours objet de nombreuses critiques, non sans raison je pense.
    .
    Il semble bien qu'il y ait plusieurs façons de concevoir ce que devrait être une information de qualité au Québec.

    En ce qui me concerne Radio-Canada n'existe plus depuis longtemps.

    • Nicole Ste-Marie - Abonnée 16 février 2016 22 h 03

      Je m'ennui déjà de Josée Boileau

  • Hélène Gervais - Abonnée 16 février 2016 06 h 38

    Bienvenue ...

    au meilleur journal du Québec et longue vie à vous. J'ai hâte de vous lire.

  • Patrick Boulanger - Abonné 16 février 2016 08 h 23

    Bienvenue au Devoir Mme Julien!

  • François Leduc - Abonné 16 février 2016 11 h 08

    Un choix questionnable !

    Madame Julien a travaillé pendant toutes ces années pour un organe d'information fédérale qui promeut l'unité canadienne, un adversaire acharné du nationalisme québécois auquel le Devoir est associé. Pas certain que ses convictions politiques profondes soient en phase avec la mission et la raison d'être du Devoir.

    Quant à l'information de qualité et Radio-Canada, on a pu le voir récemment avec l'émission Enquête sur Pierre K. Péladeau, une enquête justement bâclée et fallacieuse destinée à démolir politiquement ce personnage.

    Elle a certainement beaucoup de talent et d'expérience dans l'information, mais est-ce le bon choix pour le poste de rédactrice en chef du Devoir ?

    • Colette Pagé - Inscrite 16 février 2016 17 h 50

      Il faudra juger l'arbre à ses fruits. En plus de grandes qualités professionnelles l'on demande à la nouvelle rédactrice en chef d'avoir le Québec tatoué sur le coeur.

      Défendre les intérêts du Québec, faire la promotion de la langue et de la culture, favoriser les débats d'idées, rendre les Québécois meilleurs et contribuer à leur épanouissement sans oublier de rappeler l'exigence voir la nécessité de prendre nos affaires en mains.

      Pour le dire autrement, comme journal indépendant, le Devoir doit devenir le facilitateur et le promoteur du " Maitre chez nous !

  • Michel Fontaine - Abonné 16 février 2016 13 h 01

    Félicitations et bienvenue !

    J'accueille avec joie la nomination de Luce Julien et l'en félicite.
    Ses antécédents professionnels à la SRC laissent présager que Madame Julien saura maintenir les hauts standards de rigueur et de qualité qui ont toujours distingué Le Devoir.
    Je formule, en tant que lecteur, les 2 espoirs suivants:
    1- Que Le Devoir maintienne sa version papier
    2- Qu'elle ramène au DEvoir David Desjardins, chroniqueur inonoclaste et à la plume incomparable.

    Au plaisir de vous lire Madame Julien.