«Les intégristes ont gagné», dit Serge Chapleau

Laflaque ne côtoiera pas Mahomet.
Photo: Source ICI Radio-Canada Laflaque ne côtoiera pas Mahomet.

Serge Chapleau est un grand humoriste et Mahomet est un peu sa défaite.

Le caricaturiste l’avoue : le refus de créer un personnage du prophète pour son émission de télé Et Dieu créa Laflaque… (ICI RC) signale effectivement un recul pour la liberté d’expression. Seulement, si le projet iconoclaste avait abouti, il n’aurait pas été seul dans cette galère critique et toute l’équipe ne l’aurait pas suivi pour d’évidentes questions de sécurité.

« Je le dis sincèrement : les intégristes ont gagné, dit M. Chapleau. C’est absolument une défaite pour la liberté d’expression. Si je veux bien me battre à fond sur ce terrain, je vais le faire seul. Et si je le fais, je vais regarder en dessous de mon auto avant de rentrer chez moi. »

L’autocensure a été décidée l’hiver dernier, comme le révélait Le Devoir mardi. Après l’attentat meurtrier visant l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris, en janvier, les concepteurs de l’émission humoristique dominicale de Radio-Canada ont jonglé avec l’idée de créer un Mahomet. Ils l’ont assez vite abandonnée à cause du malaise créé au sein de la production.

« C’est moi qui décide du contenu, précise le caricaturiste de La Presse. C’est mon show. Ça n’a pas été un drame de reculer, mais ça m’a un peu déçu. En tant que caricaturiste, tout seul, je peux faire ce que je veux. À la télé, je travaille avec une quarantaine de personnes. Il y en a là-dedans qui, sans éprouver une grande peur, ne se sentaient pas en confiance. Je respecte ça. Et la décision de ne pas créer le personnage ne s’est même pas rendue à Radio-Canada. »

Question de sécurité

Très clairement, certains artisans ne voulaient pas se permettre l’audace de créer un Mahomet pour des raisons de sécurité. « On est dans une société ouverte et démocratique, dit Serge Chapleau. On ne travaille pas dans des bunkers, derrière des portes blindées. Et c’est certain que les méchants intégristes s’en prendraient plus aux sept ou huit personnes assises autour d’une table pour un brainstorm de blagues plutôt qu’à l’animateur de la marionnette. C’est ce qui est arrivé à Charlie Hebdo : la tuerie a visé ceux qui font les jokes, pas ceux qui les mettent en page. »

L’émission franco-française Les guignols de l’info, cousine de Et Dieu créa Laflaque…, utilise un Mahomet. Était-ce tout de même une bonne idée d’aller gratter cette plaie vive ? « À la base, j’ai naïvement pensé qu’avec mes auteurs, je n’en rajoutais pas, répond le grand comique critique. On a Jésus comme personnage et le pape aussi. C’était une question délicate, bien sûr, de vouloir rajouter Mahomet. Et la réaction nous a fait reculer. »

L’équipe a finalement contourné le problème délicat en traitant le sujet de l’extrémisme religieux par des moyens détournés. Par exemple, avec des personnages de barbus, des fous d’Allah qui peuvent évoquer leur prophète sans jamais le montrer.

« On réussit très bien à parler des thèmes dont on veut traiter, dit le producteur au contenu. Honnêtement, à l’usage, je me dis que ça aurait peut-être été du trouble pour rien de fonctionner avec un bonhomme de Mahomet. On contourne le problème et on réussit à faire des jokes sur des sujets graves. »

Au total, il constate aussi que ce sujet religieux précis constitue probablement maintenant l’ultime tabou. Les humoristes, les satiristes, les caricaturistes peuvent se permettre d’aborder tous les sujets, y compris les plus délicats, sauf celui-là, qui fait immédiatement basculer dans le grand risque et les ultimes périls.

« Je ne vois pas d’autre sujet aussi dangereux, dit Serge Chapleau. Je crois que les intégristes fous, avec des AK-47, ont gagné. Ils ont gagné parce qu’ils font peur. C’est affolant, il ne faut pas se conter d’histoires. On ne peut pas se croire à l’abri ici. Des totos, il y en a partout. »

À voir en vidéo