«Il y a encore de la place pour le "Téléjournal"»

Céline Galipeau entourée de Patrice Roy et Michel Viens
Photo: Radio-Canada Nadine Mathurin Céline Galipeau entourée de Patrice Roy et Michel Viens
Le secteur Information de la télévision de Radio-Canada garde le cap : les téléjournaux de 18 h et de 22 h demeurent ses « grands rendez-vous ». À une époque où les plateformes ne cessent de se multiplier et de s’activer 24 heures sur 24, la société d’État croit encore dans la pertinence du bulletin de nouvelles de fin de journée. La programmation 2015-2016 dévoilée mercredi révèle cependant que la formule n’est pas intouchable et a été (légèrement) modifiée.

« Les sceptiques seront confondus. On est encore là et on renforce [notre présence]. Il y a encore de la place pour le Téléjournal », estime Céline Galipeau, la chef d’antenne du téléjournal de 22 h.

Plus féminin que jamais — quatre journalistes sur six sont des femmes, dont Joyce Napier, de retour de New York —, le Téléjournal mise sur quatre ou cinq sujets, davantage creusés, plutôt que de s’en tenir au résumé de la journée. Cette orientation, amorcée en 2014, sera consolidée.

« Dans un monde de rumeurs dans les réseaux sociaux, on réaffirme notre mandat de réseau public. La crédibilité de l’info est celle qui fonctionne, explique Michel Cormier, directeur général de l’information. Nous nous sommes restructurés […] pour faire plus de place à la réflexion sur les événements et les enjeux les plus importants. »

Cette structuration, qui laisse le direct aux plateformes numériques de Radio-Canada et à RDI, touche aussi le Téléjournal Grand Montréal, à 18 h, toujours dirigé par Patrice Roy et enrichi de chroniques. L’animateur vedette est un peu le phare de l’analyse plus poussée, lui qui a reçu des responsabilités supplémentaires avec l’émission En direct avec Patrice Roy, à RDI. Déjà à l’antenne, ce nouveau rendez-vous, qui ouvre le bal à 17 h, exploite le dialogue avec les journalistes sur le terrain, de « Washington à Trois-Rivières ».

Lors de la conférence de presse, Michel Cormier s’est servi du terme « offensive » pour décrire cette information élargie et approfondie. Il a cité les cas des élections fédérales et la 21e conférence sur le climat (COP21) en 2015, qui se tiendra à Paris en décembre, sujets qui seront suivis à la façon d’un tir groupé. Ainsi, en complément à la couverture de la campagne électorale, Enquête diffusera, façon hors série, Trois chefs, un destin. Il s’agit de portraits des principaux aspirants au titre de premier ministre du Canada, renforcés d’archives familiales et de témoignages de proches. Les émissions Découverte et La semaine verte s’uniront quant à elles dans la couverture de la COP21.

Pour sa 9e saison, Enquête devait connaître une toute nouvelle formule, plus flexible et dynamique, avec l’arrivée de deux coanimatrices, Marie-Maude Denis et Isabelle Richer. L’accident de vélo subi par cette dernière en juin a reporté le projet. D’ici le retour d’Isabelle Richer, annoncé mercredi pour janvier, voire avant, Marie-Maude Denis sera seule à la barre.

Signalons enfin que RDI continuera à présenter des documentaires. Parmi eux, l’oscarisé The Veterans, court métrage sur le haut taux de suicide chez les soldats de retour d’Irak, et, côté québécois, un projet inédit sur les 20 ans du référendum de 1995, réalisé par Danic Champoux.

À voir en vidéo