Un caricaturiste de «Charlie Hebdo» est refoulé

Managua — Le caricaturiste français Jul, collaborateur de l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, s’est vu refuser l’entrée au Nicaragua par le gouvernement alors qu’il devait participer à un forum d’écrivains, a affirmé mercredi Sergio Ramirez, promoteur de la rencontre.

« Cela me semble un acte lamentable, inexplicable. Le gouvernement ne nous a offert aucune raison pour avoir refusé l’entrée à Jul », de son vrai nom Julien Berjeaut, a déclaré Sergio Ramirez.

La troisième édition du forum d’écrivains « Centroamérica Cuenta » a été inaugurée mardi par un hommage au journal satirique français, cible le 7 janvier dernier d’un attentat qui a décimé sa rédaction.

Jul devait arriver lundi à Managua pour participer à ce forum, mais il s’est vu refuser l’entrée au Nicaragua par les autorités.

« Nous ne comprenons pas, nous sommes surpris et bien sûr nous rejetons ce genre de mesures contre un caricaturiste de grand prestige mondial qui venait enrichir Centroamérica Cuenta par sa participation », a regretté Sergio Ramirez, lui-même écrivain.

Selon lui, l’ambassade de France au Nicaragua a essayé, sans succès, de faire revenir les autorités sur leur décision afin que Jul puisse assister au forum, qui réunit 70 écrivains d’Amérique et d’Europe.

« Je regrette la décision du gouvernement de ne pas le laisser entrer au Nicaragua », a indiqué l’ambassadeur français, Antoine Joly, lors du forum mardi, expliquant que Jul venait dans la région pour participer également à d’autres événements culturels au Costa Rica et au Salvador.

Jul, qui a collaboré avec de nombreux médias français, comme Libération et L’Humanité, a confirmé dans une vidéo présentée lors du forum que « les autorités [nicaraguayennes] n’ont pas voulu [qu’il soit] à Managua ».

C’est le troisième étranger en une semaine à être refoulé à son arrivée au Nicaragua, après le Péruvien Luis Carlos Boub et l’Espagnole Marta Gonzalez, militants de l’ONG Centre pour la justice et le droit international (CEJIL), qui venaient participer à l’anniversaire d’un organisme local de défense des droits de la personne.