La télé à 25$ par mois

Le CRTC a établi une « feuille de route » qui doit « maximiser le choix et l’abordabilité » pour les téléspectateurs canadiens.
Photo: Source Thinkstock Le CRTC a établi une « feuille de route » qui doit « maximiser le choix et l’abordabilité » pour les téléspectateurs canadiens.

Les Canadiens auront davantage de pouvoir sur la façon dont ils paieront pour les chaînes qu’ils regardent, grâce à une décision rendue jeudi par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

Les fournisseurs par satellite et par câble devront offrir sous peu aux consommateurs un service de télévision d’« entrée de gamme » qui ne coûtera pas plus de 25 $ par mois.

Le service de base devra inclure toutes les stations de télévision locales et régionales, des chaînes d’intérêt public comme la Chaîne d’affaires publiques par câble et le Réseau de télévision des peuples autochtones, les chaînes éducatives et la chaîne communautaire, et les chaînes des assemblées législatives provinciales, le cas échéant. Les chaînes généralistes américaines — au nombre de quatre ou cinq — feront aussi partie du lot.

Il s’agit d’une première réglementation des prix du service de télévision au Canada depuis 1999, et la décision fait du Canada le seul pays industrialisé à exiger que les distributeurs offrent une sélection de base de chaînes.

Le CRTC a dit avoir pris acte de la « frustration » des consommateurs canadiens à l’égard des forfaits de base qu’offrent les entreprises de distribution par câble et par satellite, lesquels, à leur avis, comptent trop de chaînes et sont devenus trop chers.

Le CRTC a dit vouloir offrir des « solutions de rechange ».

Les fournisseurs de service auront jusqu’à la fin de 2016 pour offrir la télévision à la carte et les forfaits thématiques en respect des modalités énoncées par le CRTC. Les Canadiens pourront choisir de conserver leurs services de télévision actuels, sans y apporter de changement.

Le prix de 25 $ par mois n’inclura pas les coûts de location ou d’achat d’un boîtier décodeur pour câble ou satellite. Il ne comprend pas les taxes. Mais les fournisseurs pourraient offrir un prix encore plus bas.

Pour s’assurer que les grands réseaux n’écartent pas les chaînes indépendantes des services de base, le CRTC a présenté un « code de conduite » pour les radiodiffuseurs et les fournisseurs de services de télévision. Le code précise les modalités afférentes aux ententes de gros conclues entre les parties.

À voir en vidéo