Naissance d’un petit empire de presse régional

Martin Cauchon
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Martin Cauchon

Le malheur de l’un peut faire le bonheur de l’autre.

Gesca, qui traîne ses journaux régionaux sur papier comme des boulets, les a mis en vente et Groupe Capitales Médias vient de les acheter après des mois de négociations. Martin Cauchon, ex-ministre libéral fédéral, est le seul actionnaire de cette nouvelle entreprise.

Tous les journaux changent de main, tous sauf La Presse, qui mise maintenant son va-tout sur une grande mutation numérique en cours avec La Presse +. La transaction inclut Le Soleil, Le Quotidien, Le Nouvelliste, Le Droit, La Tribune et La Voix de l’Est, ainsi que l’hebdomadaire Progrès dimanche.

« Ce qui est étonnant pour moi, c’est qu’un groupe croit à l’avenir des journaux régionaux selon un modèle auquel Gesca ne croit plus, dit Pierre C. Bélanger, professeur de communications à l’Université d’Ottawa, spécialiste des médias. Ce n’est donc pas tellement l’acquisition qui m’étonne. Oui, évidemment Capitales Médias achète six journaux régionaux. Mais ça veut surtout dire que Gesca, sa haute direction, son conseil d’administration, ne croient plus en la rentabilité et l’avenir de ces médias. »

Croire au vaisseau amiral

Le professeur rappelle aussi que Québecor a agi de la même manière en se départant l’an dernier ses hebdos régionaux tout en conservant Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec.« Les gros se délestent des distractions pour se concentrer sur leur vaisseau amiral », dit-il.

« Je crois fermement en une presse régionale forte », a expliqué le nouveau magnat des médias Martin Cauchon en annonçant la transaction mardi matin, à Québec, en conférence de presse. « […] Il était important de sortir les quotidiens du groupe Gesca. On va se réunir entre nous. […] On va se redonner notre personnalité. »

Capitales Médias est née officiellement la veille, le mardi 17 mars, selon le Registraire des entreprises. Les documents d’enregistrement mènent au bureau du cabinet montréalais de DS Welch Bussières, où M. Cauchon est avocat en droit des affaires internationales. On ne lui connaissait pas de passion médiatique.

« C’est clair que c’est un rejet, dit Michel Laliberté, président du syndicat des employés de la Voix de l’Est. Gesca rejette les journaux régionaux. C’est dommage. Comparativement à La Presse, même si nous n’avons pas beaucoup de moyens, nous produisons une information de qualité. Gesca nous laisse tomber, nous abandonne. C’est ce qui fait le plus mal. »

La patronne des journaux de l’Est diffère d’opinion. « C’est une bonne nouvelle, commente Louise Boisvert, éditrice de La Tribune et de La Voix de l’Est. Depuis des années, on était dans le sillon de La Presse + qui a des besoins différents des nôtres. Nous allons maintenant pouvoir nous concentrer sur notre réalité, sur l’information régionale. »

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) parle aussi d’une « vente encourageante » pour l’information régionale. « Cette vente apparaît comme une solution prometteuse pour la poursuite du mandat régional de ces journaux, dont certains sont centenaires », dit le communiqué de la Fédération.

Valérie Lessard, présidente du Syndicat des travailleurs de l’information du Droit, dit qu’il est trop tôt pour trancher. « On ne peut pas concrètement prendre position pour ou contre cette transaction avec les données disponibles, dit-elle. On peut par contre tenir compte du discours de M. Cauchon qui nous dit croire fermement en la présence de journaux régionaux et à l’importance de l’information en région. »

M. Laliberté avoue ne pas avoir vu venir cette surprise et avoir subi un choc en l’apprenant. « Martin Cauchon, je ne savais pas qu’il avait des intérêts dans les médias tout court ou les journaux régionaux, dit-il. Ensuite, il est seul actionnaire de sa compagnie. On comprend qu’il ne veut pas nous dire qui le finance. »

 

Entente secrète

Le montant et les termes de la transaction entre l’ancien et le nouveau propriétaire demeurent secrets. M. Cauchon est un proche de la famille Desmarais, qui contrôle Power Corporation, dont Gesca est le bras médiatique. Il a confirmé qu’il conserverait la ligne éditoriale (lire fédéraliste) des médias. « On ne lui connaît pas de fortune personnelle, et je serais tenté de penser que la famille Desmarais a, d’une façon ou d’une autre, facilité la transaction », commente Pierre Duhamel sur son blogue de L’actualité.

Tout s’est joué en coulisse. Le bureau du premier ministre explique au Devoir avoir appris la transaction 15 minutes avant la conférence de presse. « C’est une transaction d’affaires. C’est tout », ajoute Harold Fortin, directeur des communications du premier ministre. Même le gouvernement n’a pas été mis au courant des tractations. Hélène David, ministre de la Culture et des Communications, a repris la même rengaine.

Les conséquences concrètes de la prise de contrôle restent à préciser. Claude Gagnon, éditeur du Soleil et directeur des quotidiens régionaux de Gesca depuis 2009, devient président-directeur général du nouveau groupe. Toutes les équipes de direction dans les différents médias demeurent aussi en place. Le duo de tête Cauchon-Gagnon rencontrera les employés des différents journaux, dans le cadre d’une tournée générale qui commence dès jeudi.

Tous les journaux restent ouverts. Le nouveau propriétaire dit qu’il est trop tôt pour parler de l’avenir des emplois dans l’entreprise.

Gesca devait entamer des négociations il y a quelques semaines avec un front commun de tous les syndicats des journaux régionaux. Le propriétaire demandait de grandes concessions dans les conditions de travail de ses quelque 530 employés des quotidiens non montréalais pour permettre de négocier un grand virage numérique. La moitié des postes semblait alors menacée. Finalement, les négociations n’ont jamais vraiment débuté.

M. Cauchon a expliqué que ses propres négociations avec Gesca ont été longues. Elles auraient débuté il y a quatre mois et ont été finalisées cette semaine. Elles se déroulaient donc en parallèle de celles entamées avec les syndicats.

Le Groupe Gesca, pratiquement démantelé, a commencé une dématérialisation complète de son journal La Presse de Montréal en créant la version pour tablette, La Presse +.

Les autres journaux n’étaient pas encore beaucoup impliqués dans cette mutation technologique, mais espéraient y parvenir. La Presse + va vraisemblablement poursuivre sa fuite en avant dans la dématérialisation en misant sur le volume de diffusion couplé à la gratuité de l’information. L’entreprise doit encore négocier la sortie du papier, notamment en rachetant les contrats de travail des employés du service de la livraison des exemplaires imprimés. La vente des journaux hors Montréal pourrait aussi faciliter une transaction qui impliquerait cette fois le quotidien de Montréal.