Le PM boudé par les grands médias français

Un poids, deux mesures. La délégation québécoise en visite officielle en France depuis lundi a intéressé les médias régionaux. Le passage de Philippe Couillard et ses ministres est, par contre, quasiment passé sous le radar de la presse nationale.

C’est donc la routine habituelle. Les tournées des premiers ministres québécois sont rarement suivies par les grands médias français.

Le champion québécois toutes catégories de l’intérêt suscité demeure Xavier Dolan. Le nom du réalisateur de Mommy a été cité environ 3800 fois dans la presse européenne francophone au cours de la dernière année. Philippe Couillard n’a eu droit qu’à quelque 400 mentions pendant la même période, y compris dans le cadre de la sortie qui se termine ce vendredi. Le rapport est donc à dix contre un, même si la simple référence à une sortie en salle d’un de ses films gonfle la faveur médiatique accordée au jeune artiste.

Le metteur en scène québécois Robert Lepage se compare lui aussi avantageusement par sa couverture. Il a été mentionné 437 fois en un an dans la presse européenne francophone, souvent dans le cadre de longs articles dithyrambiques qui feraient l’envie de n’importe quel politicien.

Les comparaisons sont également en faveur des artistes dans les médias des États-Unis (438 pour Robert Lepage, 388 pour Dolan, 169 pour Couillard en un an) et dans la presse anglophone européenne (188 pour Dolan, 45 pour Couillard).

Matière à réflexion

Ces données pourront alimenter la réflexion sur l’importance du soft power dans les relations internationales du Québec. Selon ce concept, les rapports entre États doivent aussi reposer sur la « puissance de persuasion », dont l’image positive, les capacités de communication, le degré d’ouverture de la société et l’attrait de sa culture.

Les rapports traditionnels politiques, économiques ou militaires ne doivent pas être négligés pour autant. La visite officielle s’inscrit dans ce cadre.

Au total, en ratissant très, très large, y compris pour tenir compte des sites Web d’information et des brèves, la visite de la délégation québécoise a suscité environ 55 mentions dans les médias depuis une semaine, avec beaucoup de doublons, la même nouvelle pouvant se décliner sur plusieurs plateformes. Avant l’arrivée de la délégation, lundi, les médias français n’ont presque rien publié.

Le passage à Paris a quasiment été occulté par les grands journaux (Le Monde, Libération, etc.), les magazines d’information, les chaînes radio ou télé nationales. Il y a deux exceptions, dans deux quotidiens majeurs. Le Figaro a publié un papier d’angle dimanche, avant le début du voyage, puis un autre texte critique. Celui-là rappelait que, après avoir « humilié » le gouvernement français en triplant les droits des étudiants français, le Québec se vantait de se payer un « voyage royal aux frais des Français ».

LeMonde.fr, site du quotidien parisien, a diffusé mardi une synthèse des enjeux entourant la visite. Le texte fait référence à la hausse des droits de scolarité des étudiants français au Québec et à la modestie des ententes bilatérales négociées (15 millions de dollars pour créer 200 emplois). Sauf erreur, Le Monde papier n’a pas publié l’info.

Et c’est tout ? Et c’est tout. Pour le reste, les médias parisiens n’ont diffusé que des brèves, quelques photos et surtout rien du tout. Ou alors une mention, mais en passant, sur un autre sujet.

Le nom de Philippe Couillard apparaît ainsi une vingtaine de fois de plus dans le cadre de reportages portant en fait sur la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Le sujet hexagonal a été abordé avec le président François Hollande dans le cadre d’une conférence de presse tenue en compagnie du premier ministre québécois. En ajoutant ces articles, on arrive donc à 75 mentions de Philippe Couillard depuis une semaine.

L’arrivée de la délégation québécoise dans la région de l’Aquitaine a soulevé un peu plus d’enthousiasme dans les médias régionaux, comme L’Est républicain, Le Télégramme, Le Bien public ou Le Progrès. Seulement, vérification faite, il s’agit surtout de textes très courts reprenant par exemple l’information sur la hausse des droits de scolarité.

10 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 6 mars 2015 03 h 44

    Question

    M. Couillard et consorts ont un taux de réussite frisant le 100 pour cent : présence québécoise insignifiante en France qui donne l'illusion aux Québécois que le Canada les aide à l'internationale.
    Le ton donné par la nomination de Madame Jean comme chef de l'OIF est ainsi suivi d'actions visant l'anéantissement politique définitif des francophonies québécoise et canadiennes. Ce à quoi la France elle-même est subtilement amenée à participer, par désir de profiter d'une "manne" commerciale nord-américaine qui pouraît l'aider à se sortir de sa situation économique difficile.
    En d'autres mots, l'idée canadienne est de continuer à transformer le Québec en un appendice provincial qui n'a comme intérêt pour la France, que de se présenter comme le tremplin temporaire du lancement de ses entreprises en Amérique du Nord.
    Par conséquent, l'idée de la France est de profiter de cette ouverture politique canadienne pour développer des marchés à l'étranger, tout en se trouvant culturellement protégée dès le début de l'installation de ses entreprises, parce qu'en territoire québécois accueillant.
    Et les Québécois dans tout cela ? Eux qui contimuent de perdre du terrain français à une vitesse croissante ?
    Eh bien, pour les uns comme pour les autres alliés, à l'endroit de notre peuple sans importance, c'est "Circulez, il n'y a rien à voir !"
    Après tout, en 1995, n'avons-nous pas dit non au pays ?
    Mais non, le Canada des politiciens nous a volé notre vote de manière honteuse !?
    Oui, bien entendu.
    Mais qui, de ceux qui comptent, soit du Canada et de la France, le prendra en considération ? Les pays n'ont-ils pas que des intérêts (CdG)?
    De Gaule est mort depuis longtemps, Pompidou, Giscard, Mitterand, Chirac, amis du Québec, ont été tués politiquement par Sarkozy, aux ordres de Desmarais père. Et Hollande a bien trop d'autres chats à fouetter pour s'en occuper.
    Voulons-nous ou pas, vivre debout ?
    Voilà maintenant la question qui devrait nous obséder.
    Vive le Québec libre

  • Gaston Bourdages - Inscrit 6 mars 2015 05 h 49

    Lassitude, apathie, désintéressement...

    ...déception, sentiment de trahison...bref, sentiments habitant le coeur, l'esprit voire l'âme de «ben» du monde face au politique. Et tellement le contraire face au vedettariat! Nous sommes ainsi faits pour en arriver...où, le plus exactement possible? Un meilleur mélange des deux est-til bienvenue?
    Mes respects,
    Gaston Bourdages,
    Auteur.

  • Catherine Paquet - Abonnée 6 mars 2015 06 h 35

    Sous tous les cieux...

    ... il semble bien que le journalisme, encombé de petites nouvelles à sensations ou reprenant simplement les potins les plus croustillants, s'éloigne de plus en plus de ce qui, dans ses meilleurs moments, le faisait comparer à un "QUATRIÈME POUVOIR".

  • Jean-Paul Michon - Inscrit 6 mars 2015 06 h 46

    On est tous CHARLIE

    Sauf Philippe Couillard. Il est fort possible que notre PM ait été ostracisé par les médias français. Le fait d'avoir refusé de se rendre sur place à Charlie Hebdo pour commémorer l'assassinat des journalistes et au marché Hyper Cacher de la porte n'a pas du laisser les journalistes français indifférents. Cela démontre que notre PM est plus proche des intégristes musulmans que de leurs victimes. Quelque part, son attitude rejoint cette volonté de laisser le champ libre à la mouvance financée par l'Arabie Saoudite.

    • Raymond Labelle - Abonné 6 mars 2015 10 h 50

      Oui. M. Coderre a partiellement sauvé l'honneur du Québec en organisant une manifestation de soutien à Charlie à Montréal. Montréal est la ville à l'extérieur de la France où le plus grand nombre de personnes a manifesté son appui. En recevant M. Coderre en grande pompe, M. Hollande a aussi lancé un message oblique à Couillard.

      C'était toutefois du devoir de notre premier ministre de manifester nos liens privilégiés avec la France en allant à la manifestation à Paris, où plusieurs dignitaires étrangers se sont rendus.

      Et que dire de la violation de l'entente avec la France par le gouvernement Couillard sur les frais de scolarité. M. Couillard pontifiait lors de sa visite en France sur comment entretenir de bonnes relations entre États en entrevue hier au Téléjournal.

      Pontifions à notre tour : pour entretenir de bonnes relations entre États, il n’est pas conseillé de violer les ententes que l’on a signées. Sans compter le caractère déshonorant et déshonorable de cette violation. J’en parle plus en détail dans une intervention plus loin.

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 6 mars 2015 07 h 41

    Les messagers et leurs messages.

    Presse Euro. Francophone: 3800 Dolan et 437 Lepage contre 400 Dr. Couillard inc.
    Presse Américaine: 438 Robert Lepage 388 Dolan et 169 Dr. Couillard inc.
    Presse Européenne Anglophone: 188 Dolan 45 Dr.Couillard inc.

    Cependant, le plus important n'est pas le nombre de fois que la Presse mentionne ces gens, mais le message qu'ils portent.
    Robert Lepage, metteur en scène et Xavier Dolan, réalisateur, font parler d'eux pour leurs oeuvres et leurs messages qui ont de la profondeur.
    Quant au Doc. Couillard inc., il fait parler de lui pour des politiques pour lesquelles il n'a pas été élu, les incongruités de ses ministres et le manque de vision et de cohésion dans sa gestion d'austérité.