Un indice qui fait surchauffer l’ombudsman de RC

L’indice de refroidissement éolien décrit la température ressentie. Il peut faire -5 et le météorologue annoncera qu’il semble faire -10.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’indice de refroidissement éolien décrit la température ressentie. Il peut faire -5 et le météorologue annoncera qu’il semble faire -10.

L’indice de refroidissement éolien fait surchauffer l’ombudsman de Radio-Canada. Après un examen minutieux et objectif, il juge que cette mesure subjective basée sur des impressions subjectives ne devrait pas être utilisée dans les segments météo.

La longue décision datée de jeudi et signée par Pierre Tourangeau, s’intitule Météo : des faits s’il vous plaît. Pas du vent. Elle concerne, comme son sous-titre l’indique, toutes les plateformes de ICI Radio-Canada.

Pour le gardien radiocanadien de l’éthique, la présentation au public de cette information « enfreint souvent et régulièrement la valeur d’exactitude des Normes et pratiques journalistiques » du diffuseur public

Plainte

L’indice mis au point par Environnement Canada décrit la température ressentie. Il peut par exemple faire -5 et le météorologue annoncera en ondes que selon l’effet du refroidissement éolien il semble faire -10.

La plainte formulée « depuis plusieurs années » par Michel Brunelle « un auditeur », estime que l’utilisation de ce facteur de refroidissement dans les bulletins météos est « erronée, fautive et sensationnelle ». M. Brunelle souligne par exemple que cette impression de froid quantifiée agit sur la peau exposée au vent alors que les citoyens s’emmitouflent entièrement ou presque et qu’il ne vente pas constamment.

L’ombudsman cite ensuite des documents scientifiques et le blogue d’un physicien qui décrit le facteur en cause comme du « sensationnalisme météorologique » qui « induit en erreur ». La petite enquête cite aussi des entrevues menées auprès de météorologues de Radio-Canada, dont Pascal Yiacouvakis qui se range à la plupart des arguments du plaignant.

Décrire une perception

« Le météorologue [dit] qu’il est important de comprendre que l’indice mis au point par Environnement Canada tente de décrire une perception, une sensation, soit quelque chose de subjectif qui varie selon les individus et les circonstances, écrit M. Tourangeau. Pour cette raison, il estime qu’on ne devrait l’utiliser que lorsque des événements météorologiques marquants surviennent, en l’occurrence des périodes de grands froids assorties de vents forts ou violents. »

D’où la conclusion qui réfère au très sérieux code déontologique de la maison d’information.

« Je peux bien comprendre qu’il est plus excitant d’annoncer qu’il va faire -40 lorsqu’en réalité il ne fera que -20, mais cette utilisation fautive ou sensationnaliste n’est pas sans conséquence, juge l’ombudsman. Parlez-en aux exploitants de stations de ski, qui voient leur achalandage diminuer par temps froid. Ils n’ont pas besoin qu’on décourage leur clientèle en lui annonçant qu’il va faire -40 alors que c’est faux. »

La décision ne vise aucun météorologue en particulier même si l’ombudsman demeure conscient qu’en ne pointant personne, il donne l’impression de les écorcher tous. « Toutefois, conclut Pierre Tourangeau, je crois que la responsabilité de bien comprendre et, en retour, de bien expliquer et présenter au public l’indice de refroidissement éolien repose sur les épaules de tous, présentateurs, rédacteurs, météorologues et responsables de l’encadrement éditorial. »