Harper attaque Radio-Canada de front

L’attaque est survenue au lendemain d’un spectacle en soutien au diffuseur public qui a rassemblé une trentaine d’artistes au Métropolis de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’attaque est survenue au lendemain d’un spectacle en soutien au diffuseur public qui a rassemblé une trentaine d’artistes au Métropolis de Montréal.

Le premier ministre Stephen Harper a profité d’une entrevue accordée à une radio privée de Québec pour décrire Radio-Canada comme un repaire sinon de « gauchistes », au moins d’employés qui « détestent » les valeurs portées par les conservateurs.

L’attaque a été portée sur les ondes du FM 93, lundi midi, dans le cadre de l’émission coanimée par Nathalie Normandeau. « Qu’allez-vous faire pour séduire l’électorat du Québec », a demandé au premier ministre l’ancienne ministre libérale provinciale. « Moi, je reste convaincu que, malgré l’image donnée par certains médias, par certains de nos opposants, les Québécois ne sont pas des gauchistes », a répondu M. Harper.

Il a alors fait la liste de ces valeurs en rappelant les baisses d’impôt consenties aux familles, le maintien des services et les budgets équilibrés, les « positions fortes dans le monde », dont « la défense de la sécurité » ici comme à l’étranger. C’est alors qu’il a lancé la phrase sur le diffuseur public.

« Je comprends très bien qu’il y a beaucoup [de gens] à Radio-Canada qui détestent ces valeurs, a dit M. Harper. Mais je pense que ces valeurs sont les vraies valeurs d’un grand pourcentage des Québécois. »

L’attaque est survenue au lendemain d’un spectacle en soutien au diffuseur qui a rassemblé dimanche une trentaine d’artistes, au Métropolis de Montréal. CBC/RC subit des compressions budgétaires et doit composer avec des baisses de revenus publicitaires depuis des années. Le quart de ses employés a été remercié depuis le début de la décennie.

Le professeur de communication de l’Université d’Ottawa Marc-François Bernier ne défend pas la position de « l’immunité journalistique ». Il pense que « tout le monde a le droit de critiquer le travail des médias, y compris le premier ministre ».

Argent et pouvoir

Seulement, il y a la manière et le contexte. Pour le spécialiste des médias d’information, le commentaire négatif du premier ministre conforte l’opinion voulant que le gouvernement assèche son diffuseur pour des raisons idéologiques.

« Je ne suis pas surpris de ce que pense M. Harper, mais je suis surpris qu’il le dise », précise le professeur. Cette déclaration est cohérente avec le sort que son gouvernement réserve à Radio-Canada. Il n’est pas le seul. Les libéraux aussi ont coupé dans les budgets du diffuseur. Mais là, quand on voit les compressions, les nominations très partisanes [au conseil d’administration], la convocation de dirigeants à des commissions parlementaires, ça commence à faire pas mal. On commence à s’éloigner de la tradition parlementaire britannique pour s’approcher des pratiques plus autoritaires ou plus interventionnistes. »

Selon cette tradition, certaines sociétés d’État doivent demeurer à un bras de distance (« at arm’s length »), à l’abri des ingérences du pouvoir. Cette autonomie administrative n’empêche ni les compressions budgétaires ni les nominations partisanes à la tête de l’institution.

« C’est un peu dramatique d’entendre ça de la part du premier ministre, commente Alain Saulnier, ex-directeur du service de l’information de RC. Dans le fond, tous les partis politiques au pouvoir ont toujours critiqué Radio-Canada. Pierre Trudeau y voyait un nid de séparatistes. À une certaine époque, Brian Mulroney considérait que la CBC était toujours contre le libre-échange qu’il favorisait avec les États-Unis. Ce qu’il y a de pathétique, c’est que ce gouvernement est quand même responsable de la pérennité et du développement des institutions. [M. Harper] n’agit pas comme un chef d’État. Il agit de manière partisane. »

M. Saulnier vient de faire paraître Ici était Radio-Canada (Boréal). Son essai démonte les interventions politiques successives des gouvernements centraux pour « étouffer à petit feu » le diffuseur public créé entre les deux guerres mondiales.

Le professeur Bernier renchérit. « L’institution de RC était là avant M. Harper et sera là après lui, dit-il. Je me demande maintenant comment son conseil d’administration va réagir. Il me semble que ses membres ne peuvent pas ne pas réagir. »

La porte-parole du Conseil a indiqué au Devoir qu’il n’y aurait aucun commentaire à ce sujet.

« Très honnêtement, je soupçonne que les membres veulent tellement peu déplaire au gouvernement qu’ils ne réagiront pas, dit Alain Saulnier. Et s’ils le font, ce sera du bout des lèvres. Il y a une forme de connivence ou de complicité entre le CA et le gouvernement. Dix des douze membres ont donné de l’argent au Parti conservateur. Je ne crois pas que ces gens aient la capacité ou l’indépendance pour critiquer le gouvernement. »

L’attaque portée rappelle aussi des rapports pour le moins tendus avec les médias d’information. M. Harper accorde peu d’entrevues. Lundi, à Québec, il a par contre aussi répondu aux questions de l’animateur Dominic Maurais de l’autre radio privée parlée de la Capitale, concurrente du 93 FM, mais elle aussi réputée à droite.

« Il visite peu de médias, dit le professeur Bernier. Là, il va à l’antenne d’une radio en opposition, sinon en adversité avec RC, un endroit réceptif à son message. […] Au fond, il fait la démonstration qu’il n’y a rien d’innocent. Ce qui se passe est cohérent avec la détestation de RC par l’Alliance canadienne d’abord et des libertariens, de la droite forte qui entoure Harper, face à tout ce qui est service public, et encore plus quand il s’agit d’informer le public. »

Est-ce d’ailleurs le seul problème ? Quand le premier ministre parle des « valeurs » détestées à RC, fait-il référence à toute la programmation du diffuseur ou précisément au travail journalistique ? « Des gauchistes, il y en a à RC, et c’est normal, dit Alain Saulnier. Comme je sais très bien, pour y avoir travaillé pendant 27 ans, qu’il y a là aussi des gens très près des conservateurs et des libéraux. RC a donné beaucoup de députés fédéralistes et souverainistes. C’est tellement gratuit comme attaque. C’est pathétique. On attendrait autre chose d’un chef d’État. »

Des propos décriés

Les propos tenus par M. Harper ont eu des échos à Ottawa. Pour le député du NPD Alexandre Boulerice, ces remarques « montrent toute l’idéologie des conservateurs qui n’aiment pas Radio-Canada, qui s’attaquent à Radio-Canada, qui n’aiment pas le diffuseur public alors qu’on en a besoin parce qu’il a une mission et un mandat uniques et particuliers ». Le PLC a quant à lui établi un lien direct entre les propos du PM et les motifs « idéologiques » derrière les compressions imposées à la société d’État. « Je pense qu’il est malsain qu’un premier ministre s’en prenne au diffuseur public de cette façon », a résumé Stéphane Dion. La Presse canadienne


À voir en vidéo