RC, pas touche!

L’Ontario et le Québec poursuivent leurs interventions au sujet des compressions touchant Radio-Canada. Madeleine Meilleur, procureure générale de l’Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones, et Jean-Marc Fournier, ministre québécois responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, ont rencontré lundi le commissaire aux langues officielles afin de discuter des effets de ces réductions de budget, de personnel et de services. Les deux gouvernements ont signé une déclaration commune le 21 novembre s’engageant à faire pression sur Ottawa pour que le diffuseur public continue à « offrir des services de radio et de télévision en français partout au pays ».

1 commentaire
  • Guy Beaumont - Abonné 16 décembre 2014 15 h 07

    Votre titre est une extrapolation de leurs bons vœux

    Nul souhait avoué que soit annulé le projet de vente de la Maison Radio-Canada à Montréal, à un consortium privé. J'en déduis qu'il(elle)s sont indifférent(e)s à cet enjeu et qu'il(elle)s consentent à ce que l'on touche à Radio-Canada après tout.

    Il est facile de prétendre qu'il(elle)s se portent à la défense du diffuseur public, mais il(elle)s sont incapables de nommer l'importance des antennes émettrices pour la diffusion aérienne des ondes dans les villes et les campagnes.

    Le diffuseur public doit continuer à offrir la radio et la télévision en français partout au pays. Ceci implique le maintien d'infrastructures, actuelles ou futures. Les ministres n'en parlent pas, mais ça doit être ça qu'il(elle)s veulent dire...