Huit nominations pour les artisans du Devoir

Photo: Michaël Monnier Le Devoir

Ils travaillent d’arrache-pied toute l’année. Se creusent les méninges pour trouver la bonne idée, le reportage qui informe, émeut et dérange tout à la fois. Ils ouvrent les yeux pour capter la photo qui frappe, le portrait qui fait sourire ou pleurer. Ils posent des questions. Remettent tout en question. Ne remisent jamais la curiosité ni l’esprit critique. Ils cherchent l’inédit. Ils traquent la nouvelle.

Et voilà ce que ça donne : cette année, les jurys de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) ont retenu huit productions du Devoir et remarqué le travail de nos journalistes, tant à l’écrit qu’à la photo.

En photoreportage, trois de nos joueurs pourraient repartir du prochain congrès de la FPJQ, à la mi-novembre, avec un prix Antoine-Désilets — cinq nominations en tout. Jacques Nadeau, photoreporter principal du Devoir, a charmé le jury entre autres avec le maire Denis Coderre recevant en pleine bouille un saut de glace. Avec l’ex-maire Blanchard faisant la sieste, Annik MH De Carufel a fait sourire les jurés. Michaël Monnier, lui, a ému avec les visages de Burkinabés recueillis dans un parc.

Les mots justes

Du côté de l’écrit, les nommés au Judith-Jasmin sont… Notre journaliste à l’environnement Alexandre Shields, pour avoir mis la main sur le rapport de 300 pages devant servir d’inspiration à la politique énergétique du Québec, et son virage majeur.

Dans la catégorie Opinions, deux textes majeurs parus cette année en nos pages sont retenus : l’un de Josée Blanchette, sur la chimio pour les nuls, et un autre de Manon Cornellier, inspiré par l’héritage de Nelson Mandela.

À tous ces élus de notre cuvée d’exception, nous disons : bravo et bonne chance !

4 commentaires
  • Colette Pagé - Inscrite 24 octobre 2014 09 h 29

    Chapeau au Devoir qui illumine nos matins !

    Le Devoir ce grand journal indépendant devrait par respect pour une presse libre recevoir une subvention annuelle du Gouvernement.

    Cette recommandation était contenue au Mémoire du Conseil de Presse de janvier 2001 portant sur la concentration des médias. La recommandation se lisait dans les termes suivants :

    Que le gouvernement du Québec assure la création d’un Fonds de développement visant à favoriser la survie et l’émergence d’organes d’information indépendants des puissants groupes de presse.

  • Jacques Beaudry - Inscrit 24 octobre 2014 09 h 55

    pettage de bretelles

    Votre slogan n'est que de l'enfûmage car "Libre de penser" mais non de l'exprimer pour vos lecteurs. Quand on ne partage pas l'opinion on nous refuse nos commentaires.

    • - Inscrit 24 octobre 2014 13 h 00

      Monsieur, tous les jours les réactions variées aux articles et aux textes éditoriaux, souvent très critiques, vous désavouent.

      Il m'est fréquement arrivé de marquer, parfois de façon radicale, mon opposition aux textes d'opinion, aux éditoriaux et aux chroniques, et j'ai le plus souvent été publié.

      Comparez avec les autres journaux et vous allez tout de suite voir la différence à cet égard.

      Félicitation au Devoir pour les prix obtenus, nous sommes choyés d'avoir au Québec un quotidien indépendant des intérêts privés et des idéologies et pouvoirs dominants.

  • François Laforest - Abonné 24 octobre 2014 13 h 09

    Bravo pour Le Devoir ainsi que vos lauréats !!

    En dépit de la concentration de presse ( en particulier la Presse canadienne et l'empire de Power Corporation ainsi que celle de Québécor ) dont souffre nos médias votre objectivité dans la diversité des contenus nous font le plus grand bien.