Encore des compressions à RC/CBC

Cette saignée s’arrimera à plusieurs autres ponctions réalisées au cours des cinq dernières années. RC/CBC a éliminé 1000 postes en avril et en juin. 
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Cette saignée s’arrimera à plusieurs autres ponctions réalisées au cours des cinq dernières années. RC/CBC a éliminé 1000 postes en avril et en juin. 

Les employés de Radio-Canada/CBC ne sont pas au bout de leurs malheurs. La direction du diffuseur public annoncera officiellement dans les prochains jours une nouvelle vague de compressions qui se traduira par l’élimination d’encore 400 postes, selon les informations obtenues par Le Devoir.

Cette saignée s’arrimera à plusieurs autres ponctions réalisées au cours des cinq dernières années. RC/CBC a éliminé 1000 postes en avril et en juin. Ces réductions du personnel découlaient d’un manque à gagner généré par divers facteurs, dont la chute des revenus publicitaires.

Le nouveau couperet a été annoncé cette semaine aux représentants syndicaux. Les modalités d’application des compressions ne sont pas encore connues dans le détail.

Chose certaine, la mesure découle de la mise en place du plan quinquennal de transformation de Radio-Canada. En juin, en dévoilant cette projection stratégique de développement, le président-directeur général, Hubert T. Lacroix, annonçait que le virage majeur impliquait une réduction supplémentaire des effectifs d’au moins 20 % d’ici 2020, soit l’équivalent de 1000 à 1500 postes. Les 400 suppressions décidées maintenant font partie de la première vague liée à cette mutation.

Réduire les dépenses

La direction aurait évoqué la nécessité de dégager des marges budgétaires pour procéder à des investissements de relance. La charte fondatrice de Radio-Canada/CBC ne lui permet pas de contracter des emprunts. La direction a réclamé ce droit au gouvernement, en vain. Les économies sur les salaires versés compenseraient en permettant de dégager quelques dizaines de millions qui seraient investis dans la grande réforme de l’institution.

Ces mesures s’arriment à d’autres moyens de réduire les dépenses. Radio-Canada/CBC va liquider ses immeubles. Il est également question de se départir de certains équipements coûteux. Même la vente des camions satellites est envisagée.

Plan quinquennal

M. Lacroix multiplie les interventions publiques cet automne pour expliquer son plan stratégique baptisé Un espace pour tous. Il était devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain la semaine dernière. Il a alors affirmé que sa stratégie sur cinq ans vise le repositionnement de RC/CBC comme « radiodiffuseur public encore plus pertinent, plus agile et évidemment viable d’un point de vue financier ».

Le p.-d.g. a ajouté que le diffuseur voulait détourner les dollars investis en infrastructures, qui seront dorénavant consacrés à la programmation. Dans les faits, Radio-Canada se prépare à privatiser encore plus la production d’émissions. La tour de l’est de Montréal, inaugurée dans les années 1970, compte six studios de tournage. Les plans de la nouvelle Maison de Radio-Canada, qui prévoyaient quatre studios dans les premières moutures, n’en conservent plus qu’un seul dans la version amendée de septembre.

La société d’État souhaite inaugurer cette permanence en 2019. Les propositions des consortiums intéressés par le partenariat auront jusqu’au printemps 2015 pour déposer leurs concepts. La construction débuterait à l’été 2017, au même endroit, dans l’Est, avec une prise de possession en 2019, soit deux ans de retard par rapport à la planification précédente, datée de juin 2013.

Par courriel, la direction de Radio-Canada a fait parvenir un bref commentaire en fin de soirée. «Dans le cadre de la stratégie présentée en juin dernier, CBC/Radio-Canada a confirmé que le nombre d'employés allait diminuer. Depuis, le processus d'évaluation des besoins et des ressources suit son cours. Les orientations du plan stratégique Un espace pour nous tous guident cet exercice», a écrit la responsable des communications Julie Pagé.

À voir en vidéo