Décès de Ghila Sroka

Ghila Sroka, fondatrice de La Tribune juive, est morte en début de semaine des suites d’un cancer. Mme Sroka avait fondé cette revue dans les années 1980 après une controverse au sujet d’une lettre d’opinion que n’avait pas publiée Le Devoir. Son texte portait sur la guerre au Liban et sur la couverture de ce conflit par les journalistes. Ghila Sroka était, avant et après cet événement, une polémiste passionnée qui adorait le débat. Elle-même se définissait comme une « juive athée » et une « intellectuelle de gauche ». Dans une lettre intitulée « Mon amie Ghila », reprise dans Le Devoir, son ami l’écrivain Dany Laferrière la décrit comme une « intellectuelle toujours en quête d’une bagarre ». Il ajoute : « On parlait de tout, sauf d’Israël. C’était sa blessure. Certains s’étaient éloignés d’elle à cause de sa véhémence quand on abordait ce thème brûlant. » Elle a repris ses entrevues en livres. On lui doit Identités nationales (1990), rassemblant des entretiens avec une vingtaine d’artistes et de penseurs québécois, Femmes haïtiennes (1995), donnant la parole à des Québécoises originaires d’Haïti sur des sujets comme le racisme, le féminisme et l’identité. Elle a aussi récemment fait paraître Conversation avec Dany Laferrière (2010).