Le maire de Saguenay traite les journalistes de «cruches»

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay
Photo: - Archives Le Devoir Le maire de Saguenay, Jean Tremblay

Le maire de Saguenay, Jean Tremblay, se justifie à la suite d’une récente envolée verbale visant la presse.

« Je rencontre tous ces journalistes, tous ces athées partout et à toute les fois que je me présente avant d'arriver, je me dis ils savent rien et en partant, je me dis, c'est encore pire que ce que je pensais. Des cruches. Ils ne savent rien. Tu essaies de discuter avec ça, avec les animateurs de la radio et de la télévision, ils en font un combat », a indiqué le coloré maire lors d'une conférence à Salaberry-de-Valleyfield, en Montérégie, le mois dernier. 


À son avis, la plupart des représentants du quatrième pouvoir «véhiculent n’importe quoi» par rapport aux diverses croyances religieuses, ce qui mène inévitablement à une désinformation du public.
 

M. Tremblay se dit toujours «étonné» de constater qu’ils «sont intéressés d’en parler mais qu’ils ne veulent pas approfondir le sujet».

 

Pour illustrer ses propos, il soutient qu’il est persuadé que si «on faisait venir 100 journalistes et qu’on leur demandait (d’identifier) la religion du premier ministre Stephen Harper, il y en a deux qui la connaîtraient». «Ce n’est pas normal», ajoute-t-il d’un ton dépité.

 

Un peu plus d’une semaine après sa charge contre les reporters, il ne regrette pas d’avoir utilisé un qualificatif aussi péjoratif que celui de «cruche» pour les décrire. A posteriori, il admet toutefois qu’il aurait peut-être dû mettre la pédale douce et les taxer plutôt d’«incompétence».

 

«Dans les autres domaines, ils se perfectionnent tellement, je ne peux pas comprendre que (lorsque les sujets religieux sont abordés), ils les négligent autant», soutient-il en entrevue.

 

Malgré la controverse entourant sa sortie effectuée à Salaberry-de-Valleyfield, M. Tremblay est impatient d’offrir de nouveau sa conférence qui est normalement axée sur son livre intitulé «Croire ça change tout».

 

Il ne veut toutefois pas spécifier à quel endroit et à quel moment sa prochaine présentation se déroulera, sous prétexte qu’«il ne fait pas ça pour les journalistes» et que, par conséquent, il ne désire pas se retrouver devant «une série de caméras» à cette occasion.

 

Paradoxalement, le maire indique que l’attention médiatique «ne le fatigue pas du tout». Il juge que «quand tu décides de faire de la politique, c’est que tu veux» en quelque sorte y être soumis. À ses yeux, il s’agit d’un passage obligé pour que «le message passe» auprès de la population.

La fédération des journalistes dénonce

En entrevue à Radio-Canada, le président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), Pierre Craig, a déploré ces propos. 

« Je trouve ça infiniment triste que le maire d'une ville aussi importante que Saguenay tienne des propos aussi insignifiants que ceux-là », a dit Pierre Craig. 

Avec Le Devoir

18 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 9 juin 2014 17 h 11

    Paradoxal

    Il est paradoxal ce maire Tremblay. D'une part il se définit comme Chrétien et plus spécifiquement Catholique. D'autre part son attitude générale envers ses adversaires politiques et en général ceux et celles qui lui demandent comme il se doit de rendre compte de sa gestion des affaires publiques me semble loin du message évangélique.

    • Nicole Moreau - Inscrite 9 juin 2014 19 h 32

      vous avez raison, il n'y a pas le mépris du maire Tremblay pour tout ce qui va à l'encontre de son point de vue, dans le message évangélique.

  • Jean-Marc Pineau - Inscrit 9 juin 2014 17 h 30

    Insignifiant ou imbécile ?

    « Je trouve ça infiniment triste que le maire d'une ville aussi importante que Saguenay tienne des propos aussi insignifiants que ceux-là », a dit Pierre Craig.

    Je dirais plutôt : « Je trouve ça infiniment triste que le maire d'une ville aussi importante que Saguenay tienne des propos aussi insignifiants que lui-même »,
    Et je trouve aussi imbéciles ceux qui accordent des tribunes à ce fanatique.

    • Jean-Pierre Bédard - Inscrit 9 juin 2014 19 h 58


      Le problème de l'attribution de tribunes à ce personnage nous ramène à un autre problème difficile à résoudre : il a été ÉLU et RÉÉLU ! Et avec de bonnes majorités ! Un mystère qui n'est pas sans rappeler les propos de Denys Arcand au sujet du droit de vote pour tous et de la piètre qualité du choix offert aux électeurs...

      Pour le reste, ce croyant ne répond plus qu'à son pape...

    • François Dugal - Inscrit 9 juin 2014 22 h 25

      A Saguenay-Ville, il n'y a pas que les journalistes qui sont cruches.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 9 juin 2014 18 h 29

    Journalistes cruches

    J'aurais tendance à être d'accord avec M. le Maire qu'une proportion significative des journalistes parlent plus de contenant (ex : cruche) que de contenu (idées). Mais sans doute pas pour les mêmes raisons ni à partir des mêmes croyances ou valeurs.

    Je trouve que plusieurs s'affichent comme des observateurs objectifs et au dessus de la mêlée, mais qu'en fait ils sont le plus souvent au service, pour ne pas dire à la solde d'un patron ou de leur propre cause.

    Personnellement, j'éprouve du respect pour une minorité des gens qui se proclament journalistes. Je trouve que plusieurs trainent avec eux leurs minables valeurs petits bourgeois brébeuf d'outremont en s'illusionnant exprimer des valeurs universelles.

  • JLouis Roy - Inscrit 9 juin 2014 18 h 32

    Ouin...ouin...

    Pas de commentaires sauf une remarque; comme un miroir, le sociétal nous retourne l'image de ce que nous sommes!!!!

  • Claude Lafontaine - Abonné 9 juin 2014 18 h 51

    Monsieur le "preacher" Tremblay

    Si nous recoupons tout ce que ce monsieur Tremblay a dit et fait au cours des dernières années il devient évident qu'en plus du rôle de maire que ses électeur lui ont accordé, il s'est donné lui-même une mission additionnelle de "preacher" dans le pure style de ceux qui avaient beaucoup de temps d'antenne à la télé des années 80.

    Ce monsieur agit ainsi, entre autre pour "s'accumuler des indulgences" et ainsi être en meilleure posture le jour où il se retrouvera face à son Dieu, c'est ce que je l'ai entendu dire à plusieurs reprises, nous pouvions interpréter ses commentaires comme une farce, mais plus le temps passe, plus les façons de faire et ce que dit le maire Tremblay nous démontre qu'il est plus sérieux que jamais.

    En se comportant ainsi il fait très clairement la démonstration qu'il n'a aucunement l'intention de respecter l'indépendance qu'il doit y avoir entre la religion et l'État, tout au contraire il ne manque pas une occasion de déroger à cette règle là, et on le voit encore aujourd'hui, il provoque même probablement dans le but de se donner de la visibilité / de se faire du capital politique. Il y a quelques semaines il a laissé entendre que la politique fédérale l'intéresserait (je ne sais pas pour quel parti... disons qu'avec son attitude il serait probablement accueuilli à bras ouvert par les Conservateurs de M.Harper).

    Je crois que pour mettre un terme à cette farce là, il n'y a qu'une avenue: Que ses propres électeurs le force à soit abandonner sa mission de "preacher" ou à partir. Dans l'immédiat souhaitons qu'il ait lui-même l'intelligence de s'excuser au près des journalistes, mais il est peu probable que ce "preacher" le fasse trop imbu de sa personne.