Duceppe ne sera pas des Ex

M. Duceppe souhaitait donner son cachet de quelque 70 000 $ à trois oeuvres.
Photo: Jacques Nadeau -Le Devoir M. Duceppe souhaitait donner son cachet de quelque 70 000 $ à trois oeuvres.

L’ancien chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, ne sera finalement pas membre du Club des Ex la saison prochaine. La faute aux lois fiscales.

 

La direction de RDI a indiqué vendredi « que, en raison des dispositions du régime de pension des élus fédéraux, M. Duceppe a dû renoncer à se joindre à l’émission, et ce, même s’il souhaitait verser la totalité de son cachet à une oeuvre de charité ».

 

Joint en fin de journée, M. Duceppe a expliqué qu’il aurait dû payer quelque 20 000 $ d’impôt pour travailler gratuitement quatre jours par semaine et voir sa pension amputée de près de la moitié de sa valeur. « Je n’accuse personne, mais c’est paradoxal qu’il soit plus facile de placer de l’argent dans un paradis fiscal que de le donner à des oeuvres de charité. »

 

M. Duceppe souhaitait donner son cachet de quelque 70 000 $ à trois oeuvres : la Fondation du Dr Julien, CoOpéra et le refuge pour femme La Dauphinelle. Mais, selon les fiscalistes consultés par l’ancien politicien et Radio-Canada, il ne pouvait le faire sans être imposé sur les revenus gagnés comme panéliste à l’émission (selon son régime de pension, tout gain de plus de 5000 $ par année réduit d’autant sa pension et devient imposable). « Je me serais trouvé à payer pour pouvoir donner. »

 

Gilles Duceppe estime que travailler sans salaire n’avait aucun sens à ses yeux. « J’aurais eu l’impression de voler l’emploi de quelqu’un ; on m’aurait accusé de chercher de la visibilité ; et je ne voyais pas l’intérêt de le faire si je ne pouvais même pas aider des organismes en remplissant ce rôle. »

 

RDI n’a pas dévoilé qui remplacera Gilles Duceppe, qui devait succéder à Jean-Pierre Charbonneau.