Pression et réaction à Radio-Canada

Hubert T. Lacroix, président et directeur général de CBC/RC
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Hubert T. Lacroix, président et directeur général de CBC/RC

Radio-Canada (RC) brandit la menace de nouvelles coupes et le syndicat des journalistes y voit une déplorable tactique de négociation.

 

Dans un courriel envoyé à tous les employés, le président et directeur général de CBC/RC, Hubert T. Lacroix, annonce que de nouvelles suppressions de postes pourraient se produire. « Il est clair que des décisions difficiles et fondamentales devront être prises pour établir un modèle financier viable pour la Société à long terme », écrit-il.

 

Ces menaces s’ajoutent aux réelles compressions des dernières années. Rien qu’en 2012, la Société a décrété la suppression de 650 postes.

 

« Un marché de la publicité faible, et ce, à travers toute l’industrie,ajoute M. Lacroix, un rendement de la grille de CBC Television inférieur aux prévisions pour la tranche clé des 25-54 ans, des revenus publicitaires moins élevés que prévu pour Espace musique et CBC Radio 2, et la perte du contrat de la LNH (et son effet indirect sur notre capacité de vendre le reste de notre grille télévisuelle l’année prochaine et les suivantes) sont autant de facteurs qui, combinés, entraînent des baisses de revenus considérables pour l’ensemble de CBC/Radio-Canada. »

 

Le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC/CSN) dénonce ce « communiqué démobilisateur » à une semaine de l’ouverture des Jeux de Sotchi, dont RC/CBC est le diffuseur officiel au pays.

 

« Le SCRC est d’avis que l’insolence de la direction de Radio-Canada a d’autres buts,dit la réaction syndicale. Nous sommes actuellement en négociation pour renouveler notre convention collective et l’une de nos revendications vise à mettre fin à l’iniquité qui existe entre les salaires versés aux employés du SCRC au Québec et à Moncton et ceux versés dans le reste du Canada. […] Comme c’est pratique d’affirmer publiquement que la Société connaît des problèmes financiers maintenant, alors que les deux derniers exercices se sont soldés par des surplus de plus de 40 millions de dollars. »

7 commentaires
  • Josette Allard - Inscrite 1 février 2014 07 h 25

    Radio quoi?

    CBC peut encore s'enorgueillir de s'appeler une télé d'état mais pas Radio Canada avec ses émissions ou tout le monde danse et chante sans être ni chanteur, ni danseur professionnel. C'est comme un gros karaoké. C'est peut-être le fun si on y participe mais c'est platte à regarder.

    • Gilles Emard - Inscrit 1 février 2014 11 h 17

      Je suis entierement d'accord avec vous.Il n'y a pas grand chose d'interessant a voir a ICR excepte les commerciaux tout comme au TVA.
      On devrait cesser de payer avec avec nos impots cette station qui devrait se nommer comme PPP.TV.

    • Benoît Arsenault - Inscrit 1 février 2014 11 h 53

      Avez-vous analysé la grille horaire de CBC depuis quelques années ? Des téléréalités avec des patineurs artistiques et d'anciens hockeyeurs, la version canadienne de Dans l'oeil du dragon, des téléséries tournées à l'américaine avec même, dans certains cas, des vedettes américaines pour que ces séries puissent être vendues à travers le monde en ayant l'air d'être américaines, un talk show où on retrouve plein de ces mêmes vedettes américaines, des émissions de cuisine avec Stefano Faita, du hockey professionnel tous les samedis et même, il y a quelques années, les versions US de Jeopardy! et Wheel Of Fortune. La seule différence notable est la plage horaire de 07h00 à 11h00, entièrement consacrée à des émissions jeunesse et la place un peu plus grande donnée aux sports dits amateurs. Alors, je ne vois en quoi la notion de service public est plus grande chez CBC qu'à Radio-Canada.

  • François Dugal - Inscrit 1 février 2014 07 h 53

    La chaîne culturelle

    Avant de mourir, Radio-Canada devrait nous redonner notre chaîne culturelle d'antan.
    Une chance qu'il nous reste Radio Two.

    • Benoît Arsenault - Inscrit 1 février 2014 11 h 43

      Êtes-vous au courant que, depuis quelques années, CBC Radio Two a métamorphosé sa programmation et est devenue, elle aussi, un genre d'Espace Musique sans "espace" pour le réflexion et la culture, comme on en trouvait sur la défunte chaîne culturelle. Je ne vois donc pas donc ce que vous trouvez que Radio Two a de plus qu'Espace musique... À moins que ce soit, comme on en lit trop souvent sur le web, un commentaire nous signifiant que tout ce qui est en anglais est donc bien meilleur que ce que les Québécois font...

    • François Dugal - Inscrit 2 février 2014 08 h 28

      Monsieur Arsenault, le matin à Radio Two, il y a l'émission Tempo avec Julie Nesrallah ou l'on présente joyeusement de la musique classique en conservant une interaction avec les auditeurs:"very interesting".

  • Josette Allard - Inscrite 1 février 2014 15 h 38

    CBC

    Contrairement à ce que vous dites il y a tous les jours, du lundi au vendredi, à 1700 une excellente émission, d'une durée de 2heures où l'on analyse en profondeur et en détail la politique canadienne Power and Politics.