Jacques Proulx, ancienne voix matinale de CKAC, s'éteint

Jacques Proulx, en 1985
Photo: - Archives Le Devoir Jacques Proulx, en 1985
Jacques Proulx, l’un des grands noms de la radio au Québec, est décédé samedi après-midi à l’hôpital Saint-Luc (CHUM) de Montréal, à l’âge de 78 ans, des suites d’une longue maladie, a confirmé sa famille.

M. Proulx, frère de l’animateur Gilles Proulx et père de l’animatrice Caroline Proulx, s’est surtout fait connaître dans les années 1970 et 1980 en animant l’émission matinale Les prouesses du matin sur les ondes de CKAC.

En 1962, après des débuts sur les ondes de radio de Matane et de Québec, il est revenu travailler à Montréal, sa ville natale. Après avoir coanimé l’émission matinale avec Réal Giguère et été à la barre de l’émission de l’après-midi, il prendra le micro de l’émission du matin, en 1968 et le gardera pendant de nombreuses années. Jusqu’en 1987, il sera l’animateur du matin numéro un au Québec, après quoi il continuera de collaborer avec la chaîne la plus connue de la bande AM jusqu’en 2000.

Hommages

Sur son compte Twitter, Paul Arcand, animateur du matin vedette à la station de radio 98,5, a rendu hommage à M. Proulx. « Nous l’avons écouté, nous avons pris la relève avec modestie en retenant son respect pour l’intelligence des auditeurs », a-t-il écrit.

Pour Paul Houde, qui a appris pendant sept ans le métier auprès de M. Proulx, il était l’animateur « le plus prestigieux » de l’époque, et il laisse un héritage important à l’histoire radiophonique du Québec. « Moi, je le mets dans le même rang que Roger Baulu, Réal Giguère et son grand concurrent à l’époque, Serge Bélair. Pour mon frère Pierre [qui est commentateur sportif à RDS] et moi, Jacques Proulx, c’était la référence et le désir d’avoir un français impeccable, et une présence extrêmement forte d’animateur de radio. Malheureusement aujourd’hui, ce n’est plus tout à fait là, parce que beaucoup d’animateurs font d’autres choses, alors que Jacques était exclusivement un animateur de radio et un grand annonceur », a-t-il confié.

La carrière radiophonique de Jacques Proulx aura duré quarante ans. Il a été derrière le micro de l’émission dominicale Les plus belles chansons d’hier. On a aussi pu le voir au petit écran, à titre d’animateur du jeu télévisuel Qui dit vrai ? sur les ondes de TVA. En 1999, il a été admis à l’Ordre du mérite de l’Association canadienne des radiodiffuseurs. Sur le site Internet de l’organisme, on note que « ses normes d’excellence pour la radio ont produit un effet tonifiant sur l’ensemble du secteur ».

Son frère, Gilles Proulx, a parlé de la rapide dégradation de son état de santé. En avril, il recevait un appel de son grand frère. « J’en ai toute une à t’apprendre : je ne me rendrai pas à Noël », lui a-t-il dit.

Pour Gilles Proulx, Jacques a été un modèle qui l’a encouragé à faire de la radio lui aussi. Il se souvient aussi que l’homme caressait d’abord le rêve d’être animateur aux États-Unis. Il s’est retrouvé dans une station anglophone à Québec, « qui avait peu de rayonnement puisque dans un bassin très francophone », et c’est en entendant Jean Duceppe à CKAC qu’il a décidé de revenir à la radio française. Il a alors été embauché à Matane, puis de nouveau à Québec. Montréal lui a fait ensuite signe lorsque Télé-Métropole a ouvert et que des places se sont libérées à la radio, a raconté Gilles Proulx.

En privé, « c’était un homme peu bavard qui lisait énormément, qui vivait comme un ermite, avec sa femme », a précisé son frère.
2 commentaires
  • robert morin - Inscrit 14 décembre 2013 19 h 25

    Aussi un grand Mathalois...

    Jacques Proulx était un amoureux de Saint-Jean-de-Matha, où il avait sa résidence secondaire. Tout comme Albert Chartier, auteur des bandes dessinées de Onésime, il fut conquis par la beauté de ce village de Louis Cyr.

  • Guy Desjardins - Inscrit 16 décembre 2013 09 h 16

    Un grand homme de perdu.

    M. Jacques Proulx était un plaisir à entendre parler. C'était un homme de très haut niveau. Une bibliothèque ambulante. Mes sincères sympaties à la famille Proulx.