Le monde entier a les yeux tournés vers Lac-Mégantic

Le fait qu'un train chargé de pétrole se soit déplacé sans conducteur dans le coeur d'une petite municipalité pour ensuite détruire une partie de son centre-ville domine les manchettes des articles publiés dans le monde.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le fait qu'un train chargé de pétrole se soit déplacé sans conducteur dans le coeur d'une petite municipalité pour ensuite détruire une partie de son centre-ville domine les manchettes des articles publiés dans le monde.

La tragédie de Lac-Mégantic était la troisième nouvelle la plus médiatisée lundi matin dans le monde. Autant en Chine qu'en Nouvelle-Zélande ou en Arabie saoudite, les médias ont accordé une large place à cet accident ferroviaire aux conséquences dramatiques. Sur les réseaux sociaux, plusieurs abonnés s'attaquent maintenant aux dirigeants du transporteur Montreal, Maine and Atlantic Railway.

«À la télévision, dans les journaux ou à la radio, la situation à Lac-Mégantic est la troisième nouvelle la plus importante dans le monde entier. C'est ce que nous pouvons conclure en analysant le contenu des médias de 160 pays de la planète», révèle Ève Couture, directrice du service-conseil chez Influence Communication.
 
La firme, qui calcule le poids médias de chaque nouvelle, indique qu'il est rare qu'un événement québécois obtienne une si large couverture médiatique dans le monde.
 
«Ce n'est pas fréquent qu'une nouvelle québécoise se retrouve au troisième rang mondial. Cela va probablement s'inscrire au sommet des dix nouvelles les plus médiatisées du Québec dans le monde au cours de la dernière année, un peu comme l'avait été l'histoire de Luka Rocco Magnotta», affirme Mme Couture.
 
Lundi, seuls les événements en Égypte et l'écrasement dimanche d'un avion à San Francisco obtenaient davantage de couverture médiatique que la situation à Lac-Mégantic.

Le fait qu'un train chargé de pétrole se soit déplacé sans conducteur dans le coeur d'une petite municipalité pour ensuite détruire une partie de son centre-ville domine les manchettes des articles publiés dans le monde. Plusieurs journaux parlent ainsi d'un «train de la mort au Canada» ou de «l'explosion d'un train fantôme».

Les internautes accusent
 
Sur les médias sociaux, la tragédie de Lac-Mégantic a aussi frappé l'imaginaire de bon nombre d'utilisateurs qui ont partagé leurs commentaires à la fois sur Facebook et Twitter. Les termes «Lac-Mégantic» ou «Mégantic» ont été mentionnés 38 000 fois sur Twitter dans les deux jours suivant la tragédie, révèle Influence Communication.
 
Après s'être intéressé aux premiers détails de la tragédie, voilà que les utilisateurs des réseaux sociaux tournent leur attention vers les causes possibles de l'accident. Bon nombre d'adeptes de Facebook et Twitter s'attaquent aux dirigeants de la Montreal, Maine and Atlantic Railway.
 
«Ce qui est en train de prendre le dessus, c'est le sujet de la Montreal, Maine and Atlantic Railway. L'attention n'est plus sur les morts et le fait divers, mais plutôt sur les causes et sur la compagnie qui réagit mal», indique Mme Couture.
 
Le transporteur du Maine a transmis dimanche un communiqué visiblement rédigé en français par un logiciel de traduction.

Par Étienne Fortin-Gauthier

 
6 commentaires
  • lise pelletier - Inscrit 8 juillet 2013 18 h 16

    Quelle délicatesse !

    "Ce n'est pas fréquent qu'une nouvelle québécoise se retrouve au troisième rang mondial."

    Allons vite le dire aux familles et amis endeuillés pour amoindrir leurs peines.

    • Alex Chevalier - Inscrit 8 juillet 2013 22 h 47

      Je ne pense pas que cette affirmation avait pour but d'amoindrir la peine de qui que ce soit Mme Pelletier.

  • Pierre Blouin - Inscrit 8 juillet 2013 20 h 58

    Lac-Mégantic sur la "map"

    Et dans le monde entier, les 10 pires tragédies ferroviaires depuis 10 ans ont toutes eu lieu dans des pays du Tiers-Monde (sauf 1 au Japon):

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/auto-t

    • Jean Richard - Abonné 9 juillet 2013 10 h 19

      Pays du Tiers-Monde ? Au départ, l'expression ne veut plus dire grand chose. Mais si on se réfère à ce qu'elle comprenait quand elle a été lancée, au milieu du siècle dernier, il serait aujourd'hui difficile de classer la Chine, l'Argentine et l'Iran dans cette catégorie.

  • Line Gingras - Abonnée 10 juillet 2013 01 h 53

    Communiqué

    «Le transporteur du Maine a transmis dimanche un communiqué visiblement rédigé en français par un logiciel de traduction.»

    Cette phrase témoigne bien, à elle seule, du mépris des dirigeants de cette entreprise pour les Québécois.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 10 juillet 2013 06 h 46

      Sans parler de la veste pare-balle ! Ce monsieurs devrait se rendre compte que l'accident n'a pas eu lieu au Texas.

      Ces américains sont ignare crasse !